Rechercher

Une correspondance inédite de Freud publiée en octobre

Flammarion est à l'origine de cette publication qui présentera les plus de 1 000 lettres échangées entre le psychanalyste et Marie Bonaparte, sa patiente

Sigmund Freud. (Crédit : Max Halberstadt/LIFE/Wikimedia Commons)
Sigmund Freud. (Crédit : Max Halberstadt/LIFE/Wikimedia Commons)

Une correspondance inédite de Sigmund Freud, avec plus d’un millier de lettres échangées avec Marie Bonaparte, va être publiée en octobre, a annoncé l’éditeur français Flammarion.

Arrière-petite-fille du frère de Napoléon, Marie Bonaparte (1882-1962), épouse d’un prince grec, se passionna pour la psychanalyse dans les années 1920.

Elle contacte le Dr. Freud en 1925, qui acceptera de la prendre comme patiente à Vienne. Il la recevra à son cabinet à de nombreuses reprises, et ils s’écriront plus de 1 000 lettres jusqu’à la mort de Freud en 1939.

« Inédite à ce jour, conservée à la bibliothèque du Congrès de Washington, cette correspondance, vivante et foisonnante, apporte des informations cruciales sur l’introduction de la psychanalyse en France, initiée par Marie Bonaparte, ainsi que sur les rapports qu’entretient Freud avec son analysée », ont expliqué les éditions Flammarion dans leur présentation de l’ouvrage.

« Très vite, leur relation évolue, et l’élève devient confidente, le maître un ami. Au-delà de son rôle essentiel dans l’histoire de la psychanalyse, cette correspondance offre un regard inédit sur la vie de Freud dans son époque », ont-elles ajouté.

Le traducteur français de cette correspondance en langue allemande est Olivier Mannoni, familier de l’œuvre de Freud.

Cet ouvrage de 1 200 pages, avec appareil critique de l’historien de la psychologie Rémy Amouroux, doit paraître le 19 octobre.

Marie Bonaparte, première traductrice française de Freud, défendit sans relâche l’inventeur de la psychanalyse. Elle fut aussi celle qui grâce à ses relations dans les milieux diplomatiques lui permit de quitter Vienne en 1938, et paya la fortune réclamée par le régime nazi pour lui établir un visa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...