Rechercher

Une ex-star israélienne de la natation condamnée aux États-Unis pour délit d’initié

Dov Malnik, qui a plaidé coupable, a été condamné à 30 mois de prison ; un autre Israélien est mis en cause

Photo non-datée de Dov Malnik. (Crédit : Wikimedia CC BY 3.0/BAswim)
Photo non-datée de Dov Malnik. (Crédit : Wikimedia CC BY 3.0/BAswim)

Dov Malnik, ancien membre de l’équipe nationale israélienne de natation, a été condamné à 30 mois de prison aux États-Unis pour son rôle dans une affaire de délit d’initié qui lui aurait rapporté des millions de dollars.

Malnik, âgé de 43 ans et qui, après sa carrière sportive, est devenu un professionnel de la finance, devra également verser une amende de 50 000 dollars et ses comptes seront saisis à hauteur d’1 594 779 dollars, a fait savoir le département américain de la Justice dans un communiqué.

Pendant sa carrière de haut-niveau, il avait fait partie de l’équipe qui s’était alignée aux Championnats du monde de natation, au Japon, en 2001 et une fois encore en Espagne, en 2003. Il est également un ancien détenteur du record israélien dans l’épreuve du 200 mètres brasse.

Malnik avait plaidé coupable dans cette affaire de délit financier, reconnaissant avoir fait des opérations financières sur la base d’informations confidentielles transmises par un initié dans une banque d’investissement internationale.

Selon les documents du tribunal cités dans le communiqué, Malnik et son partenaire d’affaires, Tom Feingold, qui est lui aussi un ressortissant israélien et un nageur, menaient des activités de négoce de valeurs mobilières, gérant des compagnies et des fonds d’investissement variés.

« De 2013 au moins jusqu’en 2017, Malnik a appartenu à une cellule internationale et à grande échelle pratiquant le délit d’utilisation illicite d’une information privilégiée », note le communiqué. « A travers ce plan, Malnik a reçu des informations matérielles et confidentielles concernant les acquisitions ou les acquisitions potentielles de compagnies cotées en bourse de la part d’un négociant qui vivait lui-même en Suisse ».

Malnik savait que ces informations, obtenues par le biais d’un tiers qui est identifié dans le communiqué sous la désignation de « CC-1 », « venaient directement et indirectement d’individus qui se trouvaient à l’intérieur des firmes et des banques d’investissements », précise encore le communiqué.

« Malnik a utilisé ces informations pour procéder à des négoces de titres profitables, réalisés au bon moment, qui ont dégagé des millions de dollars de profit », continue-t-il.

Les paiements versés à CC-1 étaient initialement réalisés par des transferts de fonds directs sur un compte bancaire suisse et ensuite, pour déjouer les soupçons, sous la forme de paiements de « fausses factures » pour des services de conseil prétendument assurés par CC-1.

Le communiqué indique que l’enquête a entraîné la condamnation d’autres individus impliqués dans ce plan, et notamment celle du banquier spécialisé dans les investissements Bryan Cohen, qui avait lui-même plaidé coupable le 7 janvier 2020.

Damian Williams, avocat au barreau du District du sud de New York, a expliqué que les poursuites judiciaires intentées contre Malnik « démontrent que nous protégeons vigoureusement l’intégrité des marchés des capitaux de la nation en demandant des comptes aux personnes se prêtant à des délits d’initié pour leur utilisation d’informations privilégiées, indépendamment du pays du monde où l’information a été volée et indépendamment des pays où ces informations ont été illégalement transmises ».

Malnik avait été arrêté en Suisse, le 7 octobre 2020, avant d’être extradé vers les États-Unis, avait signalé Ynet au mois de juin.

Feingold qui, au début des années 2008, avait représenté dans les épreuves de natation le Texas College lors du Championnat universitaire américain, vivrait pour sa part en Italie. Même s’il a été, lui aussi, mis en examen aux États-Unis pour fraude et pour délit d’initié, il n’a pas encore été extradé.

Selon le site Ynet, qui a cité la SEC (Securities and Exchange Commission) américaine, les noms de Malnik et de Feingold avaient été prononcés pendant le témoignage, à la barre, de Marc Demane Debih, ancien investisseur à Genève qui avait reconnu avoir gagné plus de 70 millions de dollars grâce à un délit d’initié. Debih avait admis avoir transmis des informations à Malnik et à Feingold.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...