Rechercher

Une exposition sur la transmission de la mémoire de la Shoah au camp des Milles

L’exposition comprend un ensemble d'œuvres qui évoquent différents aspects de la Shoah : la déshumanisation, la "technicité" dévoyée et le devoir de transmission

Le Camp des Milles, près d'Aix-en-Provence, seul grand camp français d’internement et de déportation encore intact. Illustration. (Crédit : Anima/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Le Camp des Milles, près d'Aix-en-Provence, seul grand camp français d’internement et de déportation encore intact. Illustration. (Crédit : Anima/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Le camp des Milles, dans les Bouches-du-Rhône, propose jusqu’au 30 septembre l’exposition « Fragments ou la transmission de la mémoire de la Shoah ». Celle-ci vise à interroger sur la place que chacun a dans la transmission de la mémoire de la Shoah.

Stéphane Brunel, maître de conférences en sciences de l’ingénieur à l’université de Bordeaux, est à l’origine de l’évènement.

« C’est une exposition qui, par des œuvres d’art, essaie d’expliquer d’une façon un peu différente les processus intellectuels qui ont conduit à la déréliction du peuple juif », a expliqué l’homme, qui ne se considère pas réellement comme un artiste, au journal La Provence.

L’exposition comprend un ensemble de sculptures et de peintures qui évoquent différents aspects de la Shoah – la déshumanisation, la « technicité » dévoyée, servante à l’extermination – mais aussi, donc, le devoir de transmission.

« Fragments est une invitation à prendre un moment dans nos vies agitées et  multiples. Prendre un moment, prendre le temps ce n’est pas si simple », explique le site de l’association Fragments. « Cela demande un effort, à la fois physique et intellectuel. S’arrêter un temps pour se poser des questions, s’interroger sur notre place dans la transmission de la Mémoire de Shoah. »

« Voilà ce que l’auteur de ces compositions fragmentaires propose. Ce génocide n’est pas arrivé du jour au lendemain. Tout cela procède d’une longue maturation. C’est un engendrement qui ne survient pas par hasard. Comment faire pour que cela ne se reproduise pas, comment repérer les signes prédictifs, les signaux faibles, d’un possible recommencement ? »

« Cette exposition n’apporte pas de réponses, elle essaie simplement de remettre en évidence des éléments de notre mémoire oubliée. Pour ce faire, l’auteur propose des constructions qui en elles-mêmes portent les structures intellectuelles et mentales de cette catastrophe. Vous faites tous partie des vecteurs potentiels de la transmission de cette mémoire. Comment ferons-nous lorsque les témoins vivants auront disparu définitivement ? Beaucoup d’autres questions restent sans réponses. »

Le site indique qu’il est « important d’aborder cette exposition en ayant une posture intellectuelle simple pour une meilleure compréhension historique de cette catastrophe. L’histoire de cette déréliction ne peut rester moralisante, elle ne peut être inquisitoriale et enfin elle ne peut se résoudre à la seule émotion ».

L’exposition se présente ainsi comme « un lieu d’échanges dans le respect des valeurs qui font ce que nous sommes : des femmes et des hommes libres, égaux dans la Fraternité ».

Un wagon ayant transporté des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale face au camp des Milles, à Aix-en-Provence, dans le Sud-Est de la France. (Crédit : GERARD JULIEN / AFP)

Des milliers de Juifs ont été internés par le régime de Vichy au camp des Milles, ancienne tuilerie du sud-est de la France. Quelque 1 800 d’entre eux ont été déportés vers les camps d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Le site avec ses bâtiments en brique rouge, son wagon en bois où défilent les visages des hommes, femmes et enfants assassinés, est aujourd’hui un lieu de mémoire qui accueille des milliers de jeunes pour leur faire découvrir les mécanismes qui font basculer une société vers le totalitarisme et les crimes de masse.

Le site-mémorial du camp des Milles est ouvert tous les jours de 10 heures à 19 heures. Fermeture de la billetterie à 17h30. Pour tout renseignement : 04 42 39 17 11 – contact@campdesmilles.org

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...