Une fatwa contre l’accès à la mosquée Al-Aqsa aux citoyens émiratis ?
Rechercher

Une fatwa contre l’accès à la mosquée Al-Aqsa aux citoyens émiratis ?

Mohammed Hussein, grand mufti de Jérusalem, a rappelé une fatwa de 2012 interdisant l'accès à la mosquée aux citoyens des pays arabes ayant normalisé leurs relations avec Israël

Un homme prie devant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, troisième site le plus sacré de l'Islam, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 31 mai 2020, après sa fermeture pendant plus de deux mois en raison de la pandémie de coronavirus. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
Un homme prie devant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, troisième site le plus sacré de l'Islam, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 31 mai 2020, après sa fermeture pendant plus de deux mois en raison de la pandémie de coronavirus. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

Les citoyens émiratis pourraient-ils être interdits de visiter la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, contrairement à ce qu’ont promis les responsables israéliens suite à l’accord de normalisation des relations signé la semaine dernière entre les Emirats arabes unis et Israël ? C’est l’idée que défend le grand mufti de Jérusalem, le cheikh Mohammed Hussein.

Mardi 18 août, il a ainsi rappelé dans l’émission « Palestine This Morning » sur la chaine de télévision officielle de l’AP qu’une fatwa (décret religieux) de 2012 interdisait à tous les citoyens des pays arabes ayant normalisé leurs relations avec l’Etat hébreu de venir prier dans la mosquée Al-Aqsa, sur l’esplanade des Mosquées, a rapporté le journal La Croix.

« En 2012, une fatwa a été lancée à propos des critères à respecter pour la visite de ce lieu sacré », a déclaré le cheikh Mohammed Hussein. « La normalisation des relations [avec Israël] ne fait pas partie de ces critères. »

« Il est interdit à un musulman d’arriver dans un avion, qu’il soit des Émirats arabes unis ou non, à l’aéroport de Lod [en Israël], qu’ils appellent aujourd’hui l’aéroport Ben-Gurion, pour venir et prier à la mosquée Al-Aqsa. Il s’agit d’une encontre en termes de loi religieuse », a-t-il déclaré.

Mahmoud al-Habbash, juge religieux musulman palestinien, a lui déclaré samedi à la même chaine, selon une traduction du groupe Palestinian Media Watch : « Nous n’accepterons absolument pas la trahison [des EAU]. Un grain de sable du sol de la Palestine et du sol de la mosquée Al-Aqsa est plus précieux que notre sang et nos vies. »

« Quiconque veut venir visiter la mosquée Al-Aqsa par la porte de Palestine : bienvenue, et nous nous réjouirons de sa visite. Mais quiconque souhaite arriver par la porte israélienne n’est pas désiré, et il ne trouvera rien d’autre que les chaussures du peuple de Jérusalem et le crachat du peuple de Jérusalem sur son visage », a-t-il ajouté.

L’accord entre Israël et les Émirats arabes unis signé la semaine dernière a provoqué des réactions furieuses de la part des Palestiniens. Les responsables politiques l’ont rejeté, et plusieurs manifestations ont été organisées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...