Une femme juive de 82 ans retrouvée brûlée dans son appartement à Paris
Rechercher

Une femme juive de 82 ans retrouvée brûlée dans son appartement à Paris

La résidente juive aurait reçu 11 coups de couteaux avant d'être brûlée. Un voisin aurait déjà menacé de la brûler, selon Le Parisien. La police a ouvert une enquête

Mireille Knoll est décédée à son domicile 60, avenue Philippe Auguste à Paris (Crédit: capture d'écran Google Map)
Mireille Knoll est décédée à son domicile 60, avenue Philippe Auguste à Paris (Crédit: capture d'écran Google Map)

Selon le journal Le Parisien, une femme aurait été retrouvée morte par les pompiers chez elle vendredi soir à Paris, au 60 avenue Philippe Auguste. Ils étaient venus éteindre un incendie vers 18h30.

La dame âgée de 85 ans, Mireille K. était d’origine juive.

« J’ai eu son fils au téléphone, explique Sammy Ghozlan, directeur du BNVCA (Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme). Sa famille est très affectée ».

D’après son fils, elle aurait reçu onze coups de couteaux avant d’être brûlée.

« D’après une source policière, écrit Le Parisien cité par le BNVCA, la victime avait déposé des mains courantes contre un riverain qui l’avait menacé de la faire brûler. Ce dernier aurait été vu dans son appartement. L’enquête a été confiée à la police judiciaire. »

« Un voisin d’origine arabe a été interpellé par la police, » ajoute Sammy Ghozlan.

Mireille K. et son mari était deux rescapés de la Shoah, ajoute M. Ghozlan, qui établit un parallèle avec l’affaire Sarah Halimi, qui eut lieu dans l’arrondissement voisin.

Sarah Halimi (Crédit : autorisation de la Confédération des Juifs de France et des amis d’Israël)

Le 3 avril 2017, Sarah Halimi avait été violemment battue avant d’être défenestrée par un voisin, Kobili Traore, qui a reconnu les faits, mais nié avoir agit pour des motifs antisémites.

Après des mois de batailles juridiques et un rapport de l’expert psychiatrique allant dans ce sens, la juge d’instruction a reconnu le mobile antisémite du crime. La date du procès n’est pas encore arrêtée.

L’affaire Halimi est devenue emblématique d’une communauté juive se sentant seule dans son combat contre « l’antisémitisme ordinaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...