Une marche néo-nazie en Allemagne le jour de Yom HaShoah
Rechercher

Une marche néo-nazie en Allemagne le jour de Yom HaShoah

"La troisième voie" a choisi la ville de Plauen pour marquer la fête du travail qui a coïncide cette année avec la commémoration des 6 millions de victimes juives en Israël

La police assure la sécurité de la manifestation du parti d'extrême droite "Rise of German Patriots" à Leipzig, Allemagne, le 1er mai 2019. (Heiko Rebsch/dpa via AP)
La police assure la sécurité de la manifestation du parti d'extrême droite "Rise of German Patriots" à Leipzig, Allemagne, le 1er mai 2019. (Heiko Rebsch/dpa via AP)

Mercredi, une marche néo-nazie a été organisée par le mouvement de « La troisième voie » dans la ville de Plauen lors de la fête du travail, dans l’Etat régional de Saxe : plusieurs centaines de manifestants portaient des T-shirt identiques marqués des mots « National révolutionnaire socialiste ».

Ils arboraient aussi des drapeaux et jouaient des tambours.

Sur les 24 000 extrémistes de droite comptabilisés par le ministère allemand de l’Intérieur en 2017, 12 700 sont prêts à la violence, a rapporté vendredi le journal Neue Osnabrücker Zeitung (NOZ).

Ces chiffres ont été communiqués par le ministère dans une réponse à une requête du parti libéral FDP, que s’est procurée le NOZ.

« Si des néo-nazis marchent dans nos rues et s’il y a plus de 12 000 extrémistes de droite prêts à la violence, alors nous ne pouvons pas l’ignorer et sous-estimer le potentiel terroriste de droite », a réagi vendredi sur Twitter le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas.

« Nous n’avons le droit de laisser ni les rues ni internet aux radicaux de droite ».

La manifestation organisée par « La troisième voie » a déclenché une polémique outre-Rhin, notamment en raison de sa non-interdiction. Les autorités locales ont déclaré n’avoir perçu aucun « effet d’intimidation » dans cette marche, condition nécessaire à une intervention de la police.

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, s’exprimant à la synagogue Westend à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne le 26 septembre 2016.
(Hannelore Foerster/Getty Images via JTA)

« Si le gouvernement de l’Etat régional de Saxe veut sérieusement lutter contre l’extrême droite, il ne peut pas autoriser de telles manifestations », s’est indigné jeudi le président du Conseil central des juifs d’Allemagne, Josef Schuster.

La marche a renvoyé l’Allemagne à ses heures les plus sombres, alors même que le jour de commémoration de la Shoah s’est déroulé jeudi en Israël.

Le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer a lui qualifié les images de la marche d' »abominables ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...