Une ONG israélienne veut poursuivre Coca-Cola
Rechercher

Une ONG israélienne veut poursuivre Coca-Cola

Shurat HaDin exige que la multinationale rompe ses liens avec Zahi Khouri en raison de son soutien à BDS

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Zahi Khouri, responsable de Coca-Cola dans les territoires palestiniens. (Crédit : publicité de Coca-Cola)
Zahi Khouri, responsable de Coca-Cola dans les territoires palestiniens. (Crédit : publicité de Coca-Cola)

Une organisation de défense d’Israël a menacé lundi Coca-Cola de poursuites judiciaires si la multinationale ne rompait pas ses liens avec sa filiale palestinienne, dont le propriétaire a exprimé son soutien à la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël.

Shurat HaDin – Israel Law Center affirme que les propos tenus par l’homme d’affaires palestino-américain Zahi Khouri soutenant un boycott des entreprises israéliennes viole la propre politique interne de l’entreprise de boissons gazeuses.

« Cette lettre est un avertissement à Coca-Cola Company qu’elle doit annuler son contrat de franchise avec la Palestinian National Beverage Company, dirigée par Zahi Khouri, lequel soutient ouvertement les campagnes BDS contre Israël », a écrit Shurat HaDin à Mukhtar Kent, le PDG de Coca-Cola.

Khouri a écrit deux tribunes en faveur du mouvement BDS – une dans le Orlando Sentinel en 2014, et l’autre dans The Hill en mai dernier.

Dans sa chronique du Sentinel, Khouri a écrit que « les efforts non violents des partisans de BDS sont un moyen pour obliger Israël à reconnaître que l’occupation n’est pas rentable ».

Dans leur lettre de lundi, Nitsana Darshan-Leitner, de Shurat HaDin, et l’avocat américain Robert Tolchin ont fait valoir que les appels au boycott violaient la Convention contre le racisme, ainsi que diverses lois étatiques et fédérales.

Ils représenteraient également, selon elle, une violation du propre code de conduite des affaires de la Coca-Cola Company.

Le code éthique de l’entreprise, dont Shurat HaDin affirme qu’il engage également les filiales étrangères, stipule : « La société doit également respecter les lois américaines anti-boycott qui interdisent aux entreprises de participer à tout boycott international non approuvé par le gouvernement américain. »

Nitsana Darshan-Leitner, présidente de Shurat HaDin - Israel Law Center (Autorisation: Shurat HaDin)
Nitsana Darshan-Leitner, présidente de Shurat HaDin – Israel Law Center (Autorisation: Shurat HaDin)

Le mouvement BDS « est intrinsèquement raciste, antisémite, partial et préjudiciable et a un ordre du jour extrémiste qui singularise injustement Israël et les Juifs. L’objectif du mouvement BDS vise uniquement la destruction de l’Etat d’Israël et de la communauté juive. Il se déguise en un mouvement des droits de l’Homme, mais il se concentre singulièrement sur Israël et sur les Juifs et ignore des violations flagrantes des droits de l’Homme qui ne nourrissent pas son ordre du jour anti-israélien », ont écrit les représentants de l’ONG israélienne.

L’organisation israélienne a également fait référence à le récente tempête qui a éclaté lorsque Stéphane Richard, le PDG d’Orange Telecom, avait indiqué que son entreprise allait rompre ses liens avec Partner.

Richard s’est ensuite confondu en excuses, a condamné le boycott contre l’Etat juif, s’est rendu en Israël et a rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu ; mais il est resté évasif quant aux futurs plans d’investissement du géant des télécommunications en Israël.

« Comme la société française de télécoms Orange l’a récemment clarifié, la Coca-Cola Company devrait également préciser qu’elle ne soutiendra aucune sorte de boycott contre Israël », lit-on dans la lettre.

Coca Colo Logo (photo credit: Courtesy/Publicity)
Logo de Coca-Cola (Autorisation: Publicité)

Khouri est le fondateur de la Palestinian National Beverage Company basée à Ramallah, qui fabrique et distribue Coca-Cola en Cisjordanie.

La société devrait ouvrir en 2015 une usine de boissons dans la bande de Gaza, « qui représente un investissement de 20 millions de dollars et créera 120 emplois directs tout en soutenant encore 1 200 emplois indirects au long de notre chaîne de valeur », selon le site Web de Coca Cola.

« Aujourd’hui, Coca-Cola emploie 400 collaborateurs à travers trois usines d’embouteillage à Ramallah, Jéricho et Tulkarem et sept centres de distribution, et notre entreprise assure la subsistance de 4 000 ménages palestiniens à travers la vente au détail et l’ensemble de notre chaîne d’approvisionnement. Nous sommes fiers d’être le troisième plus grand employeur du pays et le cinquième plus grand investisseur. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...