Une organisation d’étudiants juifs boycotte le parti d’extrême-droite autrichien
Rechercher

Une organisation d’étudiants juifs boycotte le parti d’extrême-droite autrichien

Les résolutions adoptées par l'association-cadre rejettent également les tentatives de négation du génocide arménien et appellent au pluralisme religieux en Israël

Des étudiantes sur le campus du mont Scopus de l'université hébraïque (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Des étudiantes sur le campus du mont Scopus de l'université hébraïque (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les leaders internationaux des étudiants juifs lanceront une campagne de sensibilisation pour lutter contre l’antisémitisme sur les campus du monde entier et ils ont promis de rejeter toute tentative de nier le génocide arménien.

L’Union mondiale des étudiants juifs, qui s’est réunie pour son 44ème congrès – une session de cinq jours qui s’est achevée lundi – a également décidé de rechercher des partenariats avec les organisations qui luttent pour le pluralisme religieux en Israël et s’est engagée à ne pas travailler avec des membres ou affiliés du parti populiste de la Liberté (FPO) issu de l’extrême-droite autrichienne, qui fait partie de la nouvelle coalition gouvernementale.

Environ 157 étudiants Juifs d’établissements d’enseignement supérieur venus de 36 pays ont servi de délégués au congrès, originaires d’Europe orientale, centrale et occidentale, mais aussi d’Amérique du nord et du sud, d’Australie, d’Afrique du sud, d’Inde, de Turquie et d’Israël.

Le groupe a déclaré le mois de mars comme mois de sensibilisation à l’antisémitisme et a posé les fondations de la coordination de sa campagne en partenariat avec un certain nombre de ministères gouvernementaux et d’organisations universitaires.

Lors de son assemblée générale, qui faisait partie du congrès, l’UMEJ a élu une nouvelle présidente : Il s’agit d’Avigayil Benstein, 24 ans, qui achève son diplôme de premier cycle en relations internationales et études moyen-orientales à l’université hébraïque de Jérusalem.

La jeune femme est née et a grandi en Israël, et a servi d’officier de liaison avec la presse étrangère au bureau européen du porte-parole de l’armée israélienne.

Benstein, fille d’anciens de l’UMEJ venus des Etats-Unis et du Royaume-Uni, succède à Yosef Tarshish, 26 ans.

L’Union des étudiants juifs américains a voté lors de ces élections pour la toute première fois après avoir été promu membre partiel, passant d’un statut d’observateur.

Les résolutions sur le FPO et le génocide arménien font partie d’un certain nombre de motions politiques contraignantes qui ont été adoptées à l’Assemblée générale. Celle sur l’Autriche permet à l’organisation de se dresser contre la normalisation de l’extrémisme de droite après la formation d’un gouvernement en Autriche qui inclut le FPO.

L’UMEJ a pris également la résolution de rappeler le génocide arménien et de condamner et rejeter toute tentative visant à le nier, à la dénaturer ou à ignorer sa réalité historique. Une autre a appelé à éveiller les consciences et à encourager les discours publics sur les affaires liées au pluralisme juif au sein de l’Etat d’Israël, en recherchant des partenariats avec des groupes qui luttent en faveur de ce pluralisme.

L’UMEJ est l’organisation-cadre internationale qui soutient les associations universitaires juives dans le monde entier. Elle a été établie en 1924 par Hersch Lauterpacht et, parmi ses anciens dirigeants, se trouvent les noms d’Albert Einstein, Chaim Bialik, Sigmund Freud et Chaim Weizmann, ainsi que David Ben-Gurion et A.B. Yehoshua.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...