Une partie de l’équipage d’un pétrolier suédois arraisonné par l’Iran libérée
Rechercher

Une partie de l’équipage d’un pétrolier suédois arraisonné par l’Iran libérée

L'Iran s'est emparé du pétrolier le 19 juillet dans le détroit d'Ormuz ; le Stena Impero est accusé par les Gardiens de la Révolution d'avoir ignoré des appels de détresse

Cette photo sans date publié le 19 juillet 2019 montre le tanker britannique de pétrole Stena Impero, dont on pense qu'il a été saisi par l'Iran. (Stena Bulk via AP)
Cette photo sans date publié le 19 juillet 2019 montre le tanker britannique de pétrole Stena Impero, dont on pense qu'il a été saisi par l'Iran. (Stena Bulk via AP)

Le ministère suédois des Affaires étrangères a annoncé mercredi la libération d’une partie de l’équipage du Stena Impero, un pétrolier suédois battant pavillon britannique arraisonné en juillet par l’Iran dans le détroit d’Ormuz.

La chancellerie indique dans un courriel envoyé à l’AFP « qu’une partie de l’équipage du Stena Impero (…) a été libérée », sans préciser le nombre de personnes concernées. L’information « a été récemment transmise par notre ambassade à Téhéran », précise-t-elle.

La compagnie Stena Bulk, propriétaire suédois du Stena Impero, avait annoncé plus tôt la libération prochaine « d’après les autorités iraniennes » de sept des 23 membres d’équipages mais disait encore attendre « avec prudence » la confirmation officielle de la date.

L’Iran s’est emparé du pétrolier le 19 juillet dans le détroit d’Ormuz. Conduit dans le port iranien de Bandar Abbas, le Stena Impero est accusé par les Gardiens de la Révolution d’avoir ignoré des appels de détresse et d’avoir éteint son transpondeur après être entré en collision avec un bateau de pêche.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif prend la pose pour une photographie lors d’un entretien avec l’Agence France-Presse (AFP) à la résidence de l’ambassadeur iranien à Paris le 23 août 2019. (Photo de Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, en visite à Stockholm fin août, avait annoncé « essayer d’accélérer la procédure légale pour (…) mettre fin » à l’arraisonnement du tanker.

La saisie était intervenue 15 jours après l’arraisonnement du tanker iranien Adrian Darya 1, qui portait le nom de Grace 1 lors de sa saisie au large du territoire britannique de Gibraltar.

Il avait été arraisonné sur des soupçons de transporter du pétrole vers la Syrie, en violation de sanctions européennes contre ce pays.

Son arraisonnement avait provoqué une crise diplomatique entre Téhéran et Londres, attisée ensuite par la saisie de trois pétroliers dans le Golfe par l’Iran, dont le Stena Impero.

« Notre navire à Gibraltar n’avait violé aucune loi, mais ce navire [le Stena Impero] a violé certaines lois, il outrepasse la procédure légale », avait déclaré Zarif en visite à l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) pour une conférence.

Le navire iranien a pu lever l’ancre mi-août mais sa destination finale n’est toujours pas connue. Mardi, il se trouvait depuis 24 heures au large des côtes libanaises et syriennes, selon des sites de surveillance du trafic maritime.

L’Iran a affirmé avoir vendu le pétrole à bord de l’Adrian Darya 1, sans dévoiler l’identité de l’acheteur, assurant ne pas pouvoir être « transparent » concernant la destination de son pétrole quand Washington essaye « d’intimider » les acheteurs potentiels.

Cette affaire a cristallisé les tensions entre Téhéran et Washington, qui montent depuis le retrait américain unilatéral en 2018 d’un accord conclu en 2015 pour encadrer le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de sanctions draconiennes contre Téhéran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...