Rechercher

Une réplique mineure du séisme, qui a frappé le nord d’Israël cette nuit, signalée

Le nouveau tremblement de terre d'une magnitude de 3,5 sur l'échelle de Richter s'est concentré sur le sud de Tibériade, quelques heures après les premières secousses

Photo d'illustration - un responsable regarde un sismographe dans un poste d'observation situé à proximité du site d'une éruption volcanique à Carita, en Indonésie, le 27 décembre 2018. (Crédit : AP Photo/Achmad Ibrahim)
Photo d'illustration - un responsable regarde un sismographe dans un poste d'observation situé à proximité du site d'une éruption volcanique à Carita, en Indonésie, le 27 décembre 2018. (Crédit : AP Photo/Achmad Ibrahim)

Un séisme mineur a fait trembler le nord d’Israël dans l’après-midi de dimanche, envoyant certains résidents dans la rue. C’est le deuxième tremblement de terre à avoir secoué le secteur en quelques heures.

Cette réplique d’une magnitude de 3,5 sur l’échelle de Richter a eu lieu juste après midi. Son épicentre se trouvait à environ 16 kilomètres au sud-est de la ville de Tibériade.

La police a précisé qu’il n’y a eu ni blessés, ni dégâts. Aucune houle particulière n’a par ailleurs agité la mer en conséquence.

Il y a une série de failles qui courent le long de la mer Rouge, de la mer Morte et de la vallée du Jourdain, ce qui entraîne des activités sismiques dans la zone.

A Beit Shean, des employés ont été évacués de la mairie dans le cadre des procédures habituellement mises en œuvre en cas de séisme. Une école a aussi été évacuée à Afula, une ville située à proximité.

Un résident de Beit Shean, qui n’a pas été identifié, a confié au site d’information Walla que les habitants s’inquiétaient de la possibilité que survienne un tremblement de terre plus important.

« Nous avons ressenti de petites secousses exactement comme celles-là, cette nuit. Nous avons quitté le bâtiment et nous avons attendu pendant quelques minutes… C’est très surprenant qu’il y en ait de nouvelles maintenant et on s’inquiète de ce qu’il puisse y en avoir encore d’autres beaucoup plus importantes », a-t-il commenté.

Un résident de Nazareth, pour sa part, a expliqué devant les caméras de la Douzième chaîne qu’il avait aussi ressenti « fortement » le tremblement de terre.

Ces nouvelles secousses sont survenues quelques heures après un séisme mineur qui a fait trembler le nord d’Israël, dans la nuit de samedi.

Une enquête géologique a déterminé que ce premier tremblement de terre d’une magnitude de 3,7 sur l’échelle de Richter avait commencé samedi à 23 heures 36. L’épicentre était localisé à environ 19 kilomètres au nord-est de Beit Shean, près de la frontière avec la Jordanie.

Les autorités ont rappelé, dimanche, les protocoles à suivre en cas de secousses, avec la nécessité pour toute personne se trouvant en péril de sortir à l’extérieur.

Pour les Israéliens se trouvant dans l’incapacité de quitter leurs habitations, il est recommandé de se rendre dans un abri anti-aérien en laissant les portes et les fenêtres ouvertes, ou de se réfugier dans les cages d’escalier en se recroquevillant pour protéger le corps. Si aucune de ces possibilités n’est envisageable, il est conseillé de s’abriter dans l’angle d’une pièce.

Pour les personnes qui se trouvent à l’extérieur au moment d’un séisme, il est conseillé de s’éloigner des bâtiments, des arbres, des câbles électriques et de tout objet susceptibles de tomber.

Sur la plage, il est recommandé de s’éloigner à au moins un kilomètre de l’eau ou de grimper à un quatrième étage au moins pour se protéger d’un éventuel tsunami ou de possibles inondations.

Pour les personnes qui se trouvent sur une route au moment d’un tremblement de terre, il est conseillé de s’arrêter sur le côté et d’attendre à l’intérieur du véhicule la fin des secousses – en évitant de s’immobiliser à proximité d’un pont ou à un carrefour.

Au début du mois, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,6 sur l’échelle de Richter avait eu lieu au large de la côte de Chypre. Il s’était fait ressentir en Israël, au Liban et en Turquie.

Israël se situe le long d’une ligne de faille active : la dite « vallée du grand rift », une déchirure dans la croûte terrestre qui court le long de la frontière séparant l’État juif et la Jordanie. Le dernier séisme majeur à avoir frappé la région remonte à 1927 – un tremblement de terre d’une magnitude de 6,2 sur l’échelle de Richter qui avait fait 500 morts et 700 blessés. Les spécialistes estiment que ce type de séisme important secoue la région environ une fois par siècle.

En 2018, le contrôleur de l’État avait averti que le pays n’était pas prêt à faire face à un tremblement de terre majeur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...