Une réunion sur le Yémen avec plusieurs pays organisée à Paris
Rechercher

Une réunion sur le Yémen avec plusieurs pays organisée à Paris

Les ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, des États-Unis, de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis vont discuter "d'une solution politique au conflit au Yémen"

Une fillette yéménite devant une école détruite par une frappe aérienne dans la ville de Taëz, dans le sud du Yémen, le 16 mars 2017. (Crédit : Ahmad Al-Basha/AFP)
Une fillette yéménite devant une école détruite par une frappe aérienne dans la ville de Taëz, dans le sud du Yémen, le 16 mars 2017. (Crédit : Ahmad Al-Basha/AFP)

Les ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis vont se réunir mardi soir à Paris pour discuter « d’une solution politique au conflit au Yémen », a-t-on appris de sources concordantes.

Cette réunion, organisée par le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, aura lieu à l’ambassade du Royaume-Uni à Paris. Plusieurs ministres ont participé plus tôt dans la journée dans la capitale française au lancement d’une initiative internationale contre les armes chimiques, notamment en Syrie.

« Les conflits en Syrie et au Yémen ont créé deux des pires crises humanitaires actuelles. Il ne peut y avoir de solution militaire à ces conflits, seules des solutions politiques pacifiques et bien négociées peuvent vraiment mettre fin à la souffrance », estime Boris Johnson dans un communiqué.

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson participera à cette rencontre, selon le département d’État, mais elle aura lieu à huis clos et aucune déclaration n’est attendue.

La guerre au Yémen a fait plus de 9 200 morts et près de 53 000 blessés. Selon l’ONU, ce pays, le plus pauvre du Moyen-Orient, est le théâtre de « la pire crise humanitaire du monde ».

En mars 2015, l’Arabie saoudite est intervenue à la tête d’une coalition militaire de pays arabo-musulmans pour appuyer le gouvernement yéménite, mais les forces loyalistes peinent à reconquérir le terrain perdu au profit des rebelles.

Ryad, critiqué pour ses raids aériens, dont ont été victimes des milliers de civils, et favorable au blocus imposé autour du Yémen, a annoncé lundi une « nouvelle aide humanitaire » de 1,5 milliard de dollars et une opération pour faciliter les secours.

De son côté, l’Arabie saoudite accuse l’Iran, son grand rival régional, de transférer clandestinement des armes aux rebelles houthis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...