Une start-up israélienne primée permet de localiser les sources d’eau
Rechercher

Une start-up israélienne primée permet de localiser les sources d’eau

L'application développée par ZzappMalaria prédit la formation de petits plans d'eau en fonction des conditions météorologiques et optimise le lancement d'opérations anti-moustiques

Image illustrative d'une piqûre de moustique (iStock par Getty Images/nechaev-kon)
Image illustrative d'une piqûre de moustique (iStock par Getty Images/nechaev-kon)

ZzappMalaria, une start-up basée à Jérusalem dont l’application mobile vise à aider à identifier les sources potentielles de paludisme, a remporté le premier prix de 3 millions de dollars dans le cadre du concours IBM Watson AI XPRIZE. L’entreprise a également été sélectionnée comme « équipe la plus inspirante » dans le cadre du prix du public.

Le concours IBM Watson AI XPRIZE a été lancé en 2016 afin de promouvoir l’utilisation de l’intelligence artificielle pour résoudre les problèmes les plus urgents dans le monde.

Aifred Health, une entreprise de santé numérique basée à Montréal et axée sur le soutien aux décisions cliniques en matière de santé mentale, a remporté la deuxième place et un million de dollars. Marinus Analytics, une entreprise basée à Pittsburg, aux États-Unis, qui utilise l’intelligence artificielle pour transformer rapidement les données volumineuses en renseignements exploitables, aide à lutter contre la traite des êtres humains en économisant des heures et parfois des jours d’enquête pour retrouver les trafiquants et récupérer leurs victimes. Marinus est arrivé en troisième position et a reçu un prix de 500 000 dollars. Au total, plus de 150 équipes du monde entier ont participé à la compétition.

Le jury a évalué chaque équipe sur la base de ses performances dans quatre paramètres : l’impact technique obtenu, l’impact réel prouvé, l’évolutivité de l’impact réel, et l’éthique et la sécurité, selon le communiqué de XPRIZE et IBM Watson.

Le paludisme tue plus de 400 000 personnes par an, dont la plupart sont des enfants de moins de cinq ans, et entrave considérablement les économies en développement. La maladie a été éliminée de nombreux pays grâce à des opérations de grande envergure visant les plans d’eau dans lesquels se reproduisent les moustiques porteurs de la malaria.

Toutefois, des opérations similaires ont échoué dans plusieurs pays africains en raison de la complexité de la planification et des opérations découlant de la dispersion géographique et du climat tropical. Zzapp tente de résoudre ce problème grâce à une technologie qui augmente la rentabilité de telles opérations, leur permettant d’aller de l’avant même lorsque les budgets sont limités et « dans les conditions environnementales les plus difficiles », a déclaré Zzapp dans un communiqué la semaine dernière, annonçant sa victoire.

L’application ZzappMalaria. (Autorisation)

L’application développée par Zzapp crée des modèles personnalisés, construits avec les outils se basant sur l’intelligence artificielle d’IBM Watson pour prédire le nombre de petits plans d’eau causés par les conditions météorologiques, ce qui permet d’optimiser le moment du lancement des opérations visant à tuer les larves de moustiques déposées dans ces eaux.

Zzapp utilise l’intelligence artificielle pour adapter les stratégies de lutte contre le paludisme par village ou par quartier, puis décompose ces stratégies en tâches, a indiqué la start-up de Jérusalem dans un communiqué. Ces tâches sont confiées aux travailleurs sociaux via l’application mobile, qui les guide sur le terrain et leur permet de télécharger facilement des données sur un tableau de bord désigné. Tout cela permet de surveiller et d’orchestrer la campagne d’élimination.

Les capacités d’apprentissage automatique de ZzappMalaria améliorent en permanence l’efficacité du système d’une opération à l’autre, indique la startup dans son communiqué.

L’application a été conçue spécifiquement pour répondre aux besoins locaux : elle consomme peu de batterie, ne nécessite pas de connexion internet continue et fonctionne bien même sur les smartphones les moins avancés. La technologie a été testée dans six pays d’Afrique et il a été prouvé qu’elle permettait d’augmenter la couverture des plans d’eau, de raccourcir le temps de travail, d’améliorer la coordination entre les travailleurs et « d’augmenter considérablement l’efficacité de l’opération », selon le communiqué.

« Nous allons consacrer le prix à un objectif ambitieux : démontrer que l’élimination rapide du paludisme est possible en Afrique subsaharienne », a déclaré Arnon Houri-Yafin, PDG et fondateur de ZzappMalaria, dans le communiqué.

Zzapp, fondée en 2016, est une filiale de Sight Diagnostics, une société qui a développé un dispositif médical basé sur l’IA pour détecter et diagnostiquer le paludisme via une piqûre de sang au doigt et le fabricant du Sight OLO, un analyseur hématologique qui effectue des tests de numération sanguine (CBC) en quelques minutes, en utilisant seulement deux gouttes de sang provenant d’une piqûre de doigt ou d’un échantillon de sang veineux.

L’initiative de Zzapp contre le paludisme a obtenu plusieurs subventions, notamment de la Fondation Gates et de l’Innovative Vector Control Consortium (IVCC), et a mené des opérations de lutte contre le paludisme au Ghana, à Zanzibar, au Kenya et en Éthiopie, indique le communiqué.

XPRIZE est une organisation à but non lucratif qui organise des concours visant à résoudre les plus grands défis du monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...