Une synagogue de Chicago accueille une ‘réunion contre la haine’ interconfessionnelle
Rechercher

Une synagogue de Chicago accueille une ‘réunion contre la haine’ interconfessionnelle

1 000 Juifs, Musulmans et Chrétiens se sont rassemblés dans une synagogue qui avait été récemment vandalisée par la pose d’auto-collants représentant des croix gammées

Les participants se tiennent la main lors d'une rencontre interconfessionnelle organisée à la synagogue Loop de Chicago, quelques jours après un acte de vandalisme antisémite dans l'édifice, le 8 février 2017 (Crédit : Robert Kusel)
Les participants se tiennent la main lors d'une rencontre interconfessionnelle organisée à la synagogue Loop de Chicago, quelques jours après un acte de vandalisme antisémite dans l'édifice, le 8 février 2017 (Crédit : Robert Kusel)

CHICAGO (JUF News via JTA) — Environ 1 000 habitants de Chicago, des Juifs, des Musulmans et des Chrétiens se sont rassemblés dans une volonté d’unité dans une synagogue qui a été vandalisée à l’aide d’auto-collants représentant des croix gammées quatre jours auparavant.

Cet événement survenu à la Synagogue Loop de Chicago était parrainé par le fonds uni juif du JCRC (Jewish Community Relations Council) et qualifié de « rassemblement interconfessionnel contre la haine ».

« En nous tenant tous ensemble, nous réaffirmons ce qu’il y a de meilleur dans notre pays et dans notre ville », a expliqué Emily Sweet, directrice générale du JCRC.

Elle a appelé les habitants de Chicago à « rester les uns avec les autres, non seulement en réponse à un crime mais durant les temps à venir, pour réaffirmer notre engagement envers ce principe qui unit toutes nos religions : ‘Aimer notre prochain’ « .

Aux toutes premières heures de la journée de samedi, un attaquant a brisé une vitre et placé des auto-collants représentant des croix gammées dans la synagogue.

C’est le premier acte de ce type perpétré contre l’édifice, qui avait ouvert ses portes en 1959. Une enquête pour crime de haine a mené à l’arrestation, mercredi, de Stuart Wright, 31 ans.

Un agent de police enlève un autocollant représentant une croix gammée sur la porte de la synagogue Loop de Chicago le 4 février 2017. La police estime qu'il s'agit d'un crime de haine. (Capture d'écran : NBC Chicago)
Un agent de police enlève un autocollant représentant une croix gammée sur la porte de la synagogue Loop de Chicago le 4 février 2017. La police estime qu’il s’agit d’un crime de haine. (Capture d’écran : NBC Chicago)

Par ailleurs, la semaine dernière, une alerte à la bombe a eu lieu au centre culturel juif de Lake County dans la banlieue de Chicago et un acte antisémite de vandalisme a été commis au Musée de l’Holocauste de Skokie, également centre d’enseignement.

Lee Zoldan, présidente de la synagogue Loop de Chicago, s’est souvenue de l’appel reçu à une heure du matin qui lui a signalé qu’un acte antisémite venait d’être perpétré.

« Nous nous sommes sentis très seuls. Mais nous ne l’étions pas », a expliqué Zoldan, notant les nombreux appels, les cartes et les dons reçus. « Un seul acte de haine a mené à des centaines d’actes d’amour.

L’évêque Sally Dyck de l’église méthodiste unie a mis en garde contre la « tentation de se montrer insensible » face aux « outrages qui surviennent quotidiennement ».

Dyck a déclaré être venue à l’événement pour « parler, prier, et être aux côtés » de la communauté juive dans « l’espoir de shalom ».

Jenan Mohajir, spécialiste des programmes internationaux à l’organisation Interfaith Youth Core, a évoqué l’histoire de l’immigration de ses parents.

Mohajir a affirmé qu’elle élevait ses enfants en leur transmettant des messages positifs et qu’à la suite de l’incident survenu à Chicago, elle leur avait fait écrire des messages de solidarité et acheter des fleurs pour la synagogue.

« Nous devons être à la fois vulnérables et vigilants », a dit Mohajir. « Mon islam est rempli d’amour et d’espoir. Il n’y a pas de place pour la haine ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...