Une technologie israélienne prédit les clusters parmi les écoliers, non vaccinés
Rechercher

Une technologie israélienne prédit les clusters parmi les écoliers, non vaccinés

À défaut d'un vaccin validé pour les enfants, un système utilise l'intelligence artificielle pour annoncer l'arrivée d'un cluster et prendre les mesures nécessaires pour l'éviter

Un élève de maternelle à Ashdod fait contrôler sa température par le dispositif Thermoguard (Crédit ; Thermoguard)
Un élève de maternelle à Ashdod fait contrôler sa température par le dispositif Thermoguard (Crédit ; Thermoguard)

En l’absence de vaccins COVID-19 pour les enfants et alors que les parents s’inquiètent de savoir comment les écoles vont rouvrir sans provoquer d’infections massives, des scientifiques israéliens ont mis au point une technologie qui, selon eux, pourrait mettre fin aux flambées épidémiques dans les salles de classe.

Ils ont testé dans des jardins d’enfants des thermomètres spéciaux qui recueillent des données anonymes et signalent les pics de température corporelle, faibles mais significatifs. L’invention, qui est maintenant commercialisée dans le monde entier, a permis de détecter rapidement les épidémies six jours avant qu’elles ne se produisent.

« Les écoles sont surpeuplées et les enfants ne sont pas vaccinés, mais nous avons montré que ce dispositif permettait de prédire les épidémies, en émettant des avertissements qui peuvent être utilisés pour prendre des mesures précoces afin d’arrêter la circulation du virus dans les écoles », a déclaré Nir Zakay, PDG de Thermoguard, la start-up qui fait la promotion de cette technologie en instance de brevet en partenariat avec le centre médical Sheba.

Ces mesures peuvent aller de la demande aux parents d’être plus vigilants ou d’augmenter la distanciation sociale, à la fermeture temporaire de l’école ou à la suspension des cours dans des classes spécifiques, a-t-il dit.

Les adultes sont vaccinés en Israël et dans certains autres pays, mais les vaccins COVID-19 n’ont pas encore été approuvés pour les moins de 16 ans. Bien que Pfizer ait commencé un petit essai auprès des jeunes, il faudra probablement attendre des mois avant que les règles n’évoluent – et l’école israélienne devrait reprendre dès le déconfinement début février.

L’utilisation du dispositif Thermoguard dans les établissements scolaires donne une image de la situation du virus dans la communauté locale au-delà des portes des écoles, a déclaré Zakay. De début novembre à début janvier, la municipalité d’Ashdod, dans le sud d’Israël, a utilisé cette technologie dans des jardins d’enfants qui accueillent un total de 6 000 enfants, avec la permission des parents. Les résultats ont mis en garde contre des épidémies tant dans les jardins d’enfants que dans les populations locales.

« Six jours après que le système a généré des alertes, les quartiers où les alertes ont été émises ont enregistré une augmentation significative, de 50 à 100 %, des nouveaux cas quotidiens », a rapporté Zakay. « Cela montre à la fois la précision dans les établissements d’enseignement, et qu’en les utilisant comme échantillons, nous pouvons prédire ce qui se passera chez les adultes. »

Si l’on espère que le programme de vaccination rapide d’Israël réduira ou empêchera les épidémies chez les adultes, les municipalités ne prennent aucun risque. La ville de Ramat Gan expérimente un système d’alerte rapide basé sur Thermoguard, bien que le projet ait été interrompu en raison du confinement. Le maire Carmel Shama Hacohen a déclaré : « Cette technologie nous permettra de prévoir les épidémies et, espérons-le, d’agir immédiatement pour les arrêter avant qu’elles ne se produisent. »

L’appareil, qui ressemble à un thermomètre numérique ordinaire, prend les températures et envoie des données sur un cloud. Aucune information n’est enregistrée sur l’identité des personnes contrôlées, mais il appartiendra aux organisations qui déploient le système de demander des avis juridiques concernant l’utilisation de leurs données. Une fois collectées, les données sont traitées par un algorithme spécial.

Il existe un « tableau de bord » accessible sur ordinateur qui indique à la personne chargé d’effectuer la surveillance – directeurs d’école, autorités municipales ou responsables de la santé – dans quelle mesure les températures sont normales ou anormales dans différentes zones. La sensibilité du système, c’est-à-dire la dimension des alertes générées, peut être ajustée. « Avec la bonne action après les alertes, nous pensons qu’il est possible de prévenir des épidémies importantes », a déclaré M. Zakay.

Homme d’affaires et ancien officier de renseignement de l’armée de l’air israélienne, Zakay s’est retrouvé au début de la pandémie à réfléchir à l’importance des données de température corporelle en temps réel pendant son service, et a essayé d’appliquer cette idée à la prévention du coronavirus.

Il pense que la technologie peut aider les sociétés à traverser la pandémie, et aussi par la suite à maîtriser d’autres menaces sanitaires. « Avec les preuves croissantes de mutations, avec des pays qui ferment à nouveau leurs portes, ce type de données est maintenant plus important que jamais », a-t-il déclaré.

« De plus, chaque année, des dizaines de milliers de vies sont perdues à cause de la grippe saisonnière, et une analyse des données comme celle-ci peut empêcher sa propagation. Après tout, ce qui est bon contre le coronavirus est bon contre les autres maladies infectieuses. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...