Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

USA: Le personnel d’un musée dénonce une expo sur l’antisémitisme comme étant « sioniste »

Invoquant leur "solidarité avec la Palestine", les employés du Wing Luke à Seattle ont débrayé pour dénoncer une exposition contre la haine, coparrainée par des groupes juifs et Noirs

Le musée Wing Luke à Seattle. (Crédit : capture d'écran/YouTube ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le musée Wing Luke à Seattle. (Crédit : capture d'écran/YouTube ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

JTA – Un musée de Seattle a été contraint de fermer temporairement ses portes après que des dizaines d’employés ont débrayé pour protester contre un projet d’exposition sur la lutte contre la discrimination entre les groupes ethniques qui, selon eux, « véhiculait des perspectives sionistes ».

La manifestation au musée Wing Luke – un musée de l’héritage asiatique, hawaïen et des îles du Pacifique situé dans le quartier chinois de Seattle – visait à protester contre une nouvelle exposition intitulée « Confronting Hate Together » (Affronter la haine ensemble). Cette exposition, coparrainée par la Jewish Historical Society et la Black Heritage Society of Washington State, avait pour but de mettre en lumière les expériences de différentes communautés ethniques confrontées à des actes de haine historiques et contemporains.

Selon une description figurant sur le site web du musée, l’exposition s’inspire d’une campagne de lutte contre la haine menée par l’American Jewish Committee pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Quel sujet approprié pour une exposition alors que les actes d’antisémitisme, de haine anti-asiatique et de violence raciale anti-noirs non seulement continuent d’affecter nos communautés et notre nation, mais sont malheureusement en augmentation », a déclaré Mimi Rosen, présidente du conseil d’administration de la Jewish Historical Society, lors de la cérémonie de lancement de l’exposition en février.

Mais le week-end dernier, 26 employés de l’aile Luke ont annoncé qu’ils « refusaient de travailler » pour protester contre un panneau de l’exposition qui affirme, entre autres, « qu’aujourd’hui, l’antisémitisme est souvent déguisé en antisionisme ».

Le panneau présente des incidents survenus depuis l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre à Gaza, notamment des graffitis peints à la bombe sur une synagogue locale, disant « Arrêtez le massacre » ; des manifestations sur les campus qui comprenaient ce que le jury décrit comme des « étudiants soutenant le Hamas » ; et la phrase « Du fleuve à la mer » qui, selon l’exposition et beaucoup d’autres, est « une expression qui suggère la suppression d’Israël » mais qui, d’après de nombreux groupes pro-palestiniens, suggère plutôt un appel pacifique à la libération de la Palestine.

« Notre solidarité avec la Palestine devrait se refléter dans nos institutions AA/NHPI », a écrit le groupe du personnel sur Instagram, ajoutant que l’exposition « crée un dangereux précédent en donnant une plateforme aux perspectives coloniales et suprémacistes blanches et va à l’encontre de la mission du musée en tant que musée communautaire dont la mission est de faire progresser l’équité raciale et sociale. »

Depuis le 7 octobre, le monde des arts et de la culture est secoué par des débats sur la guerre entre Israël et le Hamas. Le débrayage au Wing Luke fait suite à de récentes controverses liées à Israël dans des institutions telles que le Yerba Buena Center for the Arts et le Contemporary Jewish Museum, tous deux à San Francisco, ainsi que le 92NY à New York, les musées d’art de l’Université de l’Indiana et de l’Université de l’État de l’Ohio, et des publications telles que Guernica et Artforum.

La coalition d’employés du musée a écrit qu’elle avait fait pression sur le musée pour qu’il modifie le langage de l’exposition. Leurs efforts n’ayant pas abouti, ils ont organisé un débrayage et présenté aux responsables du musée une liste de demandes relatives à l’exposition, notamment le retrait de toute formulation qui « assimilerait la libération palestinienne et l’antisionisme à de l’antisémitisme » et la reconnaissance du fait que l’exposition n’inclut pas les points de vue palestinien, arabe et musulman.

Le groupe souhaite également que le musée s’engage à « présenter les histoires des communautés dans un cadre anticolonial et anti-suprémaciste blanc ».

Le musée a publié un bref avis sur son site web indiquant qu’il est « temporairement fermé », mais n’a pas de plan concret quant à sa réouverture, selon les médias locaux. Un porte-parole du musée a déclaré au quotidien, le Seattle Times, qu’il « travaillait avec son personnel pour répondre à ses revendications » et qu’il s’était entretenu avec la Jewish Historical Society « pour réviser certaines formulations ».

La directrice de la Jewish Historical Society, Lisa Kranseler, n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaire de la Jewish Telegraphic Agency. Elle a indiqué au Seattle Times que l’exposition avait été conçue autour de l’idée que les communautés juive, noire et asiatique étaient toutes victimes de pratiques discriminatoires en matière de logement dans la région de Seattle.

Elle a ajouté que l’exposition « n’a jamais eu pour but d’exclure qui que ce soit. Elle a toujours été conçue comme le point de départ à un dialogue et pour inspirer tous les groupes à organiser des expositions et à avoir des échanges et des débats ».

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.