USA : un rapport du Sénat compare les barrières de sécurité israélienne et américaine
Rechercher

USA : un rapport du Sénat compare les barrières de sécurité israélienne et américaine

Le sénateur Ron Johnson affirme que la barrière israélienne coûtait moins chère et était plus efficace que la barrière américaine

Une partie de la frontière entre Israël et l'Egypte, en janvier 2012 (Crédit : Moshe Milner / GPO / Flash90)
Une partie de la frontière entre Israël et l'Egypte, en janvier 2012 (Crédit : Moshe Milner / GPO / Flash90)

WASHINGTON (JTA) – La majorité républicaine de la commission de la Sécurité intérieure du Sénat a publié un rapport comparant les barrières de sécurité d’Israël avec la clôture existante à la frontière américano-méxicaine.

« La sécurité israélienne : les leçons tirées d’une nation soumise à la menace constante d’attaque » a été publié mercredi sur le site Web de la commission de la Sécurité intérieure du Sénat et comprend un reportage du président de la commission, le sénateur Ron Johnson, (R-Wisconsin), qui a fait le tour des clôtures et des barrières le long des frontières entre Israël et la bande de Gaza et à l’intérieur de la Cisjordanie.

Johnson a présenté le rapport comme étant un texte qui pourrait être utile au président Donald Trump, qui a proposé de séparer les États-Unis du Mexique avec un mur.

« Les Etats-Unis peuvent beaucoup apprendre d’Israël tandis que le secrétaire (John) Kelly et l’Administration Trump prennent des mesures importantes pour sécuriser notre patrie », a déclaré la déclaration qui accompagne le rapport. Trump a également pris les barrières d’Israël comme un exemple de ce qu’il espère construire.

Le rapport indique qu’Israël dépense moins pour chaque kilomètre de la barrière avec l’Egypte pour la protéger que les États-Unis ne dépensent pour la défense de sa barrière existante avec le Mexique. Par exemple, le rapport indique qu’Israël dépense 58 000 dollars pour chaque 1,6 km par an pour protéger sa frontière égyptienne, par opposition aux 77 000 dollars pour chaque 1,6 km que les États-Unis dépensent chaque année le long de la frontière mexicaine.

Il note également les disparités entre les frontières : la clôture israélienne de 236 km couvre pratiquement la totalité de la frontière israélo-égyptienne, tandis que les clôtures le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique ne couvrent que 1 052 km de la frontière, qui est longue de 3 218 km.

L’une des raisons de la dépense supplémentaire pour protéger la frontière entre les États-Unis et le Mexique est le coût de la livraison d’équipement aux régions éloignées de la frontière, ce qui n’est pas un facteur déterminant en Israël.

Le rapport recommande l’approche par couche d’Israël qui, à la frontière égyptienne, inclut un fossé, une clôture grillagée, la clôture elle-même et des infrastructures, y compris des chemins de terre, qui aident à repérer les intrus.

Le rapport cite des conversations entre Johnson et le Premier ministre Benjamin Netanyahu et a été publié quelques jours seulement après que Netanyahu a déclenché une crise diplomatique mineure lorsqu’il a posté un tweet au sujet des barrières de la frontière qui déclarait : « Le président Trump a raison » et en décrivant le succès de la barrière avec l’Egypte.

Le gouvernement mexicain, croyant que Netanyahu dans son tweet reprenait les arguments de Trump sur la frontière mexicaine, s’est offensé. Le président Enrique Pena Nieto n’a été apaisé que lorsque son homologue israélien, Reuven Rivlin, lui a dit qu’il y avait eu un malentendu.

Une grande partie des sources du rapport de la majorité républicaine semble provenir du gouvernement israélien et des organisations pro-israéliennes. L’introduction du rapport affirme que les barrières en Israël est en partie le résultat de ce qu’il présente comme les politiques mal orientées de l’ancien président Barack Obama dans le Moyen-Orient, bien que les barrières aient été construites ou prévues avant qu’Obama n’arrive au pouvoir.

Il y a également des anomalies. Le rapport décrit la barrière de sécurité en Cisjordanie comme étant une barrière « de 97 m à 198 m en Cisjordanie », bien qu’il existe des sections de cette barrière englobant les implantations qui s’étendent beaucoup plus profondément dans le territoire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...