Valls condamne les campagnes de boycott des produits israéliens
Rechercher

Valls condamne les campagnes de boycott des produits israéliens

Le Premier ministre français a réaffirmé la "condamnation de la colonisation" du côté israélien et la nécessité d’un dialogue

Le Premier ministre français Manuel Valls à l'Assemblée nationale, à Paris, le 11 février 2015 (Patrick Kovarik / AFP)
Le Premier ministre français Manuel Valls à l'Assemblée nationale, à Paris, le 11 février 2015 (Patrick Kovarik / AFP)

A l’occasion de la séance des questions au gouvernement, Meyer Habib, député UDI de la 8e circonscription, a interrogé le Premier ministre concernant les nombreuses actions du BDS en France.

Cette question a permis à Manuel Valls de réaffirmer, devant l’Assemblée Nationale, la condamnation la plus ferme de ces campagnes de boycott des produits israéliens.

Manuel Valls a d’abord rappelé la position de la France à l’égard du conflit entre Israël et l’Autorité palestinienne. Il a réaffirmé la « condamnation de la colonisation » du côté israélien, soulignant la nécessité d’un dialogue et d’une reprise des négociations, tout en mettant en avant le besoin de frontières claires et distinctes.

Concernant les campagnes BDS, le Premier ministre a fait preuve de fermeté et a souligné que ces campagnes pouvaient cacher un anti-sionisme menant souvent à un antisémitisme sous-jacent.

« Je vous le dis ici de la manière la plus claire, nous condamnons les campagnes de boycott à l’égard des produits israéliens, il n’y a aucun sens à ces campagnes, le gouvernement français de ce point de vue là est très clair, » a-t-il déclaré.

« Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour condamner ces campagnes, et je rajoute à cela, que, évidemment il y a trop souvent dans un certain nombre d’initiatives des arrières-pensées qui visent à confondre les critiques légitimes de la politique de l’État d’Israël avec l’anti-sionisme qui, [lui,] bascule dans l’antisémitisme. Et je mets en garde tous ceux qui participent à ce type de campagne, » a conclut le Premier ministre français.

Selon Les Échos, Valls a par ailleurs exprimé son « attachement partagé » avec le député juifs français Meyer Habib à l’égard d’Israël, « une démocratie luttant contre le terrorisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...