Varsovie bloque un projet de loi qui empêcherait la restitution des biens juifs
Rechercher

Varsovie bloque un projet de loi qui empêcherait la restitution des biens juifs

La législation parrainée par l'extrême droite visait à interdire les revendications des héritiers des Juifs tués lors de la Shoah

Des manifestants de l'extrême-droite polonaise, militent contre une loi américaine sur la restitution des biens volés aux Juifs pendant la Shoah, à Varsovie, le 11 mai 2019. (Créo  Alik KEPLICZ / AFP)
Des manifestants de l'extrême-droite polonaise, militent contre une loi américaine sur la restitution des biens volés aux Juifs pendant la Shoah, à Varsovie, le 11 mai 2019. (Créo Alik KEPLICZ / AFP)

JTA – Le parti au pouvoir en Pologne a déclaré mercredi qu’il ne soutiendrait pas une initiative d’extrême droite visant à empêcher la restitution des biens ayant appartenu aux Juifs et à d’autres personnes avant la Shoah.

Les militants d’extrême droite ont recueilli suffisamment de signatures pour présenter au Sejm, la chambre basse du Parlement polonais, un projet de résolution qui interdirait la redistribution des « biens sans héritiers » – des biens qui appartenaient à des particuliers, dont beaucoup de Juifs, qui ont été assassinés pendant la Shoah et dont les héritiers, s’ils existent, n’ont jamais réclamé la restitution.

« Il est interdit de prendre des mesures visant à satisfaire les demandes concernant les biens sans héritiers, y compris les négociations, la conclusion de règlements, la reconnaissance des demandes et des actions relatives aux biens sans héritiers, le consentement à la médiation, l’orientation des parties vers la médiation ou le paiement de prestations en espèces », indique le projet. Il indique également que c’est l’Allemagne nazie, et non la Pologne, qui est responsable de ce qui s’est passé en Pologne lorsqu’elle était occupée par l’Allemagne.

S’exprimant au nom du parti de droite au pouvoir, Droit et Justice, le législateur Arkadiusz Mularczyk a déclaré que le projet de résolution était inutile, car « le problème des terres sans propriétaire en Pologne n’existe pas vraiment ».

Maciej Konieczny, un député de l’Alliance de la gauche démocratique, a qualifié le projet d’antisémite, ajoutant qu’il s’agissait « d’une campagne de peur à propos des Juifs volant prétendument la Pologne ».

Le projet souligne l’importance que de nombreux membres de la droite polonaise, y compris des membres de la base de Droit et Justice, attachent de la résistance à la restitution.

Droit et Justice a été sévèrement condamné par Israël, les États-Unis et des groupes juifs internationaux pour l’adoption en 2018 d’une loi qui rend illégal de blâmer la Pologne pour les crimes nazis.

Les informations en Pologne sur la lecture du projet n’indiquent pas si la résolution de mercredi a été soumise au vote. Mais sans le soutien du parti au pouvoir, le projet ne peut être adopté.

Le projet est le dernier développement d’une campagne conçue pour résister aux pressions croissantes exercées sur la Pologne pour qu’elle offre une compensation pour les biens perdus pendant la Shoah. La pétition d’extrême droite a recueilli 200 000 signatures.

La campagne est en partie une réponse à la loi Justice for Uncompensated Survivors Today, ou JUST, adoptée par le Congrès américain en 2018. Connue également sous le nom de loi 447, elle vise à garantir que les personnes ayant survécu à la Seconde Guerre mondiale ou leurs héritiers soient indemnisés pour leurs pertes.

La loi exige des pays détenant des biens datant de l’époque de la Shoah qu’ils garantissent « la restitution au propriétaire légitime de tout bien, y compris les biens religieux ou communaux, ayant été saisi ou transféré de manière illicite ».

La Pologne a versé des millions en compensation pour des biens qui appartenaient aux communautés juives, mais c’est le seul grand pays de l’ancien bloc soviétique qui n’a pris aucune mesure pour restituer des biens privés, selon l’Organisation mondiale juive de restitution.

Droit et Justice a lui-même mené une campagne massive à l’approche des élections de l’année dernière contre les demandes de restitution, ce qui a conduit les dirigeants juifs à avertir que le débat avait tourné à l’antisémitisme.

En mai 2019, des milliers de nationalistes polonais ont défilé devant l’ambassade des États-Unis pour protester contre les pressions exercées par Washington sur Varsovie pour qu’elle indemnise les Juifs dont les familles ont perdu des biens pendant la Shoah. Il semble que ce soit l’une des plus grandes manifestations anti-juives de ces derniers temps.

Le même mois, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a juré que son pays ne paierait jamais la restitution des biens juifs volés pendant la Shoah, déclarant qu’une telle démarche serait une « victoire pour Hitler ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...