Varsovie marque le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale autour d’un dîner de Shabbat
Rechercher

Varsovie marque le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale autour d’un dîner de Shabbat

Des centaines de participants, majoritairement non juifs, ont participé au repas vendredi soir sur une place de la ville pour commémorer les 78 ans du début de la guerre

Le centre de la vieille ville de Varsovie. Illustration. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
Le centre de la vieille ville de Varsovie. Illustration. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

VARSOVIE, Pologne – Les habitants de Varsovie ont participé vendredi à un dîner de Shabbat pour commémorer l’anniversaire du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Golda Tencer, directrice du théâtre juif et de la Fondation Shalom, a organisé vendredi soir un repas de Shabbat pour les habitants de la ville, sur la place du centre de la capitale polonaise.

Quelques centaines de personnes y ont participé, dont la plupart n’étaient pas juives, et n’avaient jamais pris part à un repas de Shabbat auparavant.

David Dor, un chanteur israélien, Krystyna Willenberg, l’épouse de Samuel Willenberg, un survivant de Treblinka mort l’année dernière, et des représentants des Justes parmi les Nations, ces non Juifs qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs pendant la Shoah, avaient été invités au repas.

« Le 1er septembre 1939, il y a 78 ans, la Seconde Guerre mondiale éclatait. Tout comme aujourd’hui, c’était un vendredi, a dit Tencer pendant la soirée. Quand les Juifs polonais se sont assis pour le dîner de Shabbat ce soir-là, ils ont probablement eu peur, mais aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer que la fin de leur monde débutait ce jour-là. Rappelons-nous d’eux aujourd’hui en ce dîner de Shabbat, et rappelons-nous d’eux pour toujours. »

Avant sa démolition cette année, le bâtiment du théâtre juif de Varsovie se tenait juste à côté de la place où a eu lieu le repas de Shabbat. Un gratte-ciel moderne doit être construit à sa place.

« Notre bâtiment n’est pas ici aujourd’hui, mais les dibbouk [mot yiddish dans la mythologie juive et kabalistique de l’Europe de l’Est, il s’agit d’un esprit ou un démon qui vit dans le corps d’une personne à laquelle il reste attaché] de cet endroit sont toujours avec nous », a dit Tencer.

Le théâtre juif de Varsovie continue à se produire. Fondé en 1950, il est, avec le théâtre de Bucarest, les seules scènes d’Europe à présenter des pièces uniquement en yiddish.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...