Vincent Dedienne citant Adolf Hitler, l’autre scandale des César
Rechercher

Vincent Dedienne citant Adolf Hitler, l’autre scandale des César

L'acteur entendait dénoncer les soutiens à Roman Polanski qui, l’an dernier, suggéraient de séparer l’homme (accusé de viols) de l’artiste (récompensé aux César)

Vincent Dedienne et Marina Foïs lors de la cérémonie des César 2021, le 13 mars 2021. (Crédit : capture d’écran Canal+)
Vincent Dedienne et Marina Foïs lors de la cérémonie des César 2021, le 13 mars 2021. (Crédit : capture d’écran Canal+)

La cérémonie des César 2021 n’en finit plus de faire parler d’elle. Jugée tour à tour comme « sidérante », « ridicule », « sans humour » ou comme un « naufrage », l’évènement de la soirée, outre le sacre du réalisateur Albert Dupontel (qui n’a pas assisté à la cérémonie) pour son dernier film « Adieu les Cons », a été l’intervention de la comédienne Corinne Masiero, alias capitaine Marleau à la télévision, qui est arrivée sur scène en tenue de Peau d’âne sanguinolent, avant de se mettre complètement nue, « No culture, no futur » écrit sur le ventre, « Rends-nous l’art, Jean [Castex] » sur le dos et des tampons accrochées aux oreilles. Elle entendait par son acte défendre les intermittents du spectacle.

Une autre intervention, qui symbolise également le « naufrage » de la cérémonie, a fait polémique sur les réseaux sociaux : celle du comédien Vincent Dedienne, venu annoncer les lauréats de la catégorie « Meilleur film étranger ».

Ce dernier a commencé son bref discours en citant Hitler, par provocation : « Les guerres passent. Seules les œuvres de la culture ne passent pas. D’où mon amour de l’art. La musique, l’architecture ne sont-elles pas les forces qui montrent le chemin à l’humanité montante ? – Adolf Hitler. »

Alors que Marina Foïs, actrice juive et maîtresse de cérémonie des César 2021, a fait mine d’être embarrassée et que quelques rires se sont fait entendre dans la salle, Vincent Dedienne a répondu : « Monsieur Hitler. Tu veux que je dise quoi, madame Hitler ? […] Oui citer Hitler… C’est quoi ? C’est la cancel culture ? C’est quoi la prochaine étape on va déboulonner les statues d’Hitler ? Il faut savoir séparer l’homme de l’homme
politique. »

Par son discours, il entendait dénoncer les soutiens à Roman Polanski qui, l’an dernier, suggéraient de séparer l’homme (accusé de viols) de l’artiste (récompensé aux César), qui est Juif et rescapé du ghetto de Varsovie.

Plusieurs responsables communautaires juifs ont vivement critiqué le « sketch », notamment Francis Kalifat, président du CRIF, Philippe Meyer, président du B’nai B’rith de France, et Arié Bensemhoun, directeur exécutif d’Elnet France.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a estimé mardi que cette cérémonie des César, marquée par plusieurs déclarations et gestes des participants pour crier le désespoir du monde de la culture, « n’a pas été utile au cinéma français ».

« Ce qui m’a frappée, c’est que finalement, le côté ‘meeting politique’ de cette affaire a nui à l’image du cinéma français, alors qu’il est massivement aidé », a déclaré la ministre sur RTL, avançant le chiffre de 1,2 milliard d’euros d’aides au cinéma en 2020.

« La deuxième chose qui m’a frappée, c’est la rupture avec le public, sur les réseaux sociaux, dans les commentaires, alors que les gens aiment leur cinéma… », a-t-elle ajouté. « Il s’est secrété une antipathie absolument incroyable », selon elle.

« Le cinéma, c’est une industrie, culturelle et créative. Les César sont une vitrine pour vendre notre cinéma à l’international. Est-ce que vous voyez l’image que cela a donné ? C’est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail », a-t-elle encore dit.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...