Violation des lois anti-monopole : Coca-Cola devra verser 39 M de shekels
Rechercher

Violation des lois anti-monopole : Coca-Cola devra verser 39 M de shekels

L'entreprise est accusée d'avoir profité de sa position de monopole pour tenter d'écarter des concurrents et de réduire leurs ventes

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des bouteilles de Coca-Cola empaquetée dans l'usine Coca-Cola à Bnei Brak, le 23 novembre 2009. (Yaakov Naumi / Flash90)
Des bouteilles de Coca-Cola empaquetée dans l'usine Coca-Cola à Bnei Brak, le 23 novembre 2009. (Yaakov Naumi / Flash90)

Cette semaine, Coca-Cola s’est vu infliger une amende de plusieurs dizaines de millions de shekels de la part de l’Autorité israélienne de la concurrence pour avoir enfreint les lois anti-monopole en tentant de faire baisser les ventes d’autres boissons concurrentes.

Lors d’une audience mardi, l’Autorité a imposé une amende de 36 millions de shekels (9,3 millions d’euros) à l’Entreprise centrale de mise en bouteille, qui gère les opérations locales de Coca-Cola. L’amende a été réduite puisque la sanction initiale avait été fixée à 62 millions de shekels (16,1 millions d’euros).

L’Autorité accuse l’entreprise d’avoir profité de sa position de monopole sur le marché des boissons sans alcool en ayant eu une conduite déraisonnable.

Entre autres démarches déloyales, la compagnie aurait refusé d’autoriser que des produits concurrents soient vendus dans les réfrigérateurs que Coca-Cola fournissait aux détaillants. Et l’entreprise aurait également tenté de forcer ces derniers à retirer les réfrigérateurs concurrents.

L’entreprise aurait aussi enfreint les termes d’un accord de fusion avec le fournisseur d’eau minérale Neviot, notamment en baissant les prix des produits Coca-Cola dans certains cas pour des clients qui avaient aussi acheté des produits Neviot.

L’entreprise centrale de mise en bouteille a réagi dans un communiqué, indiquant qu’il s’agissait de la troisième audience et qu’à chaque fois, l’Autorité israélienne de la concurrence avait retiré certaines accusations et réduit le montant de l’amende de dizaines de millions de shekels.

« Nous sommes convaincus que d’ici la fin de la procédure concernant cette décision, toutes les accusations contre l’entreprise seront retirées, ainsi que les sanctions », a déclaré l’entreprise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...