Walter Mondale, une icône libérale qui défendait Israël
Rechercher
Nécrologie

Walter Mondale, une icône libérale qui défendait Israël

L'ancien vice-président a joué un rôle clé dans les pourparlers de paix entre Israël et l'Égypte et a bénéficié du soutien inconditionnel des Juifs US tout au long de sa carrière

Le vice-président américain Walter Mondale, coiffé d'une kippa, dépose une note de vœu dans le mur Occidental, le 30 juin 1978, à Jérusalem, où il s'est rendu avec sa femme et sa fille. (AP Photo/Max Nash)
Le vice-président américain Walter Mondale, coiffé d'une kippa, dépose une note de vœu dans le mur Occidental, le 30 juin 1978, à Jérusalem, où il s'est rendu avec sa femme et sa fille. (AP Photo/Max Nash)

JTA- Walter Mondale, l’ancien vice-président, a représenté une époque de l’histoire américaine où être pro-israélien et progressiste était souvent synonyme.

Il est décédé lundi à son domicile de Minneapolis à l’âge de 93 ans.

Dès le début de sa carrière politique nationale, Mondale a été proche des communautés nationales juives et pro-israéliennes. Il a trouvé dans ces organisations des partenaires prêts à s’associer à ses efforts pour étendre les droits civils, et elles ont trouvé en lui un fervent défenseur d’Israël.

Mondale a fait office de tampon entre le président Jimmy Carter, dont il était le vice-président, et le Premier ministre israélien Menachem Begin, lorsque les pourparlers qui ont abouti à un accord de paix entre Israël et l’Égypte sont devenus tendus. On dit que Begin préférait la compagnie de l’affable Mondale à celle de Carter, qui était distant.

Mondale était l’un des trois législateurs américains présents lors de l’inauguration du bâtiment de la Knesset d’Israël en 1966 – il était alors sénateur du Minnesota – et il a conduit une délégation en Israël en 1978 pour marquer le 30e anniversaire du pays.

Le vice-président Walter Mondale, (à gauche au premier plan), et le Premier ministre israélien Menachem Begin, (à droite), s’efforcent d’entendre les questions des journalistes au-dessus des slogans des manifestants anti-américains qui se trouvent à proximité, à Jérusalem, le 2 juillet 1978. Mondale et Begin venaient de terminer une série de discussions dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem. (Photo AP)

La politique israélienne était l’un des rares domaines où Carter et Mondale différaient. (L’autre était l’impatience de Mondale face à ce qu’il croyait être la tendance de Carter à gronder le public américain). En 2007, lors d’un entretien avec Carter sur CNN marquant les 30 ans de leur entrée en fonction, il a gentiment repoussé le livre de son ami publié peu de temps auparavant, Palestine : Peace not Apartheid, dans un échange qui n’était par ailleurs qu’une admiration mutuelle.

« J’ai lu le livre », a déclaré Mondale. « Je pense qu’il y a beaucoup de bons éléments dedans. J’ai quelques problèmes avec ça, mais si je peux, j’aimerais en parler d’abord au président. »

En 1981, alors qu’il vise déjà les élections de 1984, Mondale rompt avec Carter – et avec Reagan, le président en exercice – sur la vente d’avions espions de pointe à l’Arabie saoudite. Carter et Reagan étaient tous deux favorables à cet accord, qui constituait un point de discorde majeur avec l’AIPAC, le lobby pro-israélien. Mondale est allé jusqu’à faire pression sur ses anciens collègues du Sénat pour qu’ils s’opposent à cet accord.

La campagne de Mondale en 1984, qui visait à reprendre la Maison Blanche à Reagan, a bénéficié d’un important soutien juif sous la forme de donateurs et de soutiens. Le soutien à Israël et les causes progressistes ne semblaient pas être en tension à cette époque, comme ils peuvent l’être aujourd’hui. Roger Altman, un collecteur de fonds pour Mondale dans la campagne, a déclaré au New York Times que son candidat était un candidat naturel pour New York « parce qu’il a soutenu les questions qui sont importantes ici, les questions intérieures, la politique urbaine et les questions de politique étrangère, comme Israël ».

L’ancien vice-président Walter Mondale, (au centre), s’exprime devant la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, mardi 20 septembre 1983, à New York. A sa droite, Julius Berman, président de l’organisation. Mondale a affirmé dans son discours qu’il avait soutenu Israël toute sa vie. (AP Photo/Ron Howard)

Mondale a fait de la libération des Juifs soviétiques un thème de sa campagne et a reproché à son rival Jesse Jackson de fréquenter Louis Farrakhan, le leader antisémite de Nation of Islam. Il a été soutenu par les dirigeants des principaux courants religieux juifs – orthodoxe, réformé et massorti.

Les Arabo-Américains ont déclaré que Mondale les avait exclus de sa campagne par déférence envers les partisans pro-israéliens.

Mondale, qui est arrivé à Washington en 1964 en tant que remplaçant d’Hubert Humphrey, sénateur du Minnesota, lorsque le président Lyndon Johnson a nommé Humphrey au poste de vice-président, a créé de nombreux précédents au cours de sa longue carrière.

Lorsque Carter a choisi Mondale comme colistier en 1976, celui-ci a été le premier vice-président à négocier – et à obtenir – un rôle actif de vice-président qui le plaçait aux côtés du président. Cela a donné le ton à presque tous les vice-présidents qui ont suivi, et certains de ses successeurs, dont Al Gore et l’actuel président Joe Biden, l’ont dit mardi en déplorant le décès de Mondale.

Mondale a créé un autre précédent en 1984 lorsqu’il a nommé une femme, la représentante Geraldine Ferraro, (D-N.Y.), comme colistière dans la course à la présidence qu’il a perdue contre Ronald Reagan.

Sur cette photo d’archives du mercredi 5 septembre 1984, le candidat démocrate à la présidence Walter Mondale et sa colistière, Geraldine Ferraro, saluent alors qu’ils quittent un rassemblement de l’après-midi à Portland, Oregon. Mondale, une icône libérale qui a perdu l’élection présidentielle la plus asymétrique après avoir carrément dit aux électeurs de s’attendre à une augmentation des impôts s’il gagnait, est décédé lundi 19 avril 2021. Il avait 93 ans. (AP Photo/Jack Smith, File)

Mondale a connu l’une des défaites les plus décisives des temps modernes, ne remportant que son État natal du Minnesota – à une courte majorité – et le district de Columbia au collège électoral. Mais il a rétabli la relation étroite entre la communauté juive et le Parti démocrate, en obtenant 70 % du vote juif lors d’une élection où près de 60 % des bulletins de vote ont été déposés pour Reagan. En 1980, Carter avait été le premier Démocrate en deux générations à perdre la majorité du vote juif.

Ce ne sera pas la dernière défaite électorale de Mondale. En 2002, il s’est présenté 11 jours avant l’élection au poste de sénateur du Minnesota après la mort de Paul Wellstone, le titulaire juif très apprécié, dans un accident d’avion. Il a perdu de justesse face à Norm Coleman, un Républicain juif.

Mondale a toujours fait preuve de bonne humeur et d’autodérision – des qualités qu’il a peut-être gardées à l’excès, ayant déclaré dans les années 1970 qu’il n’avait pas les tripes pour être président.

S’acquittant de son devoir constitutionnel en 1981 d’annoncer les résultats du collège électoral, M. Mondale a noté que George H. W. Bush avait obtenu 489 voix pour être vice-président et que « Walter F. Mondale, de l’État du Minnesota, avait obtenu 49 voix ». Il s’est mis à rire et a ajouté « Un raz de marée ! » et toute la chambre – républicains et démocrates – s’est levée pour l’applaudir.

Le président de J Street, Jeremy Ben-Ami, animait la conférence annuelle du groupe libéral de gauche pro-Israël lundi soir et venait de décerner un prix d’artisan de la paix à Carter lorsqu’il a interrompu son discours pour signaler la mort de Mondale.

« En cette nuit où nous avons honoré le président Jimmy Carter pour ses nombreuses contributions à la paix, nous sommes très tristes d’apprendre le décès de son vice-président, Walter Mondale », a déclaré le groupe sur Twitter.

L’American Jewish Committee, la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, le Jewish Democratic Council of America, l’AIPAC et la Democratic Majority for Israel ont également déploré le décès de M. Mondale.

Mondale laisse derrière lui deux fils. Il a été précédé par son épouse, Joan, et par sa fille.

Sachant qu’il allait bientôt mourir, Mondale a envoyé une note aux membres de son personnel qui ont travaillé pour lui au fil des ans. Il était particulièrement discret.

« J’ai toujours su que tout irait bien si j’arrivais quelque part et que j’étais accueilli par l’un d’entre vous ! » a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...