Washington prépare des pourparlers directs avec les pro-Iran Houthis du Yémen
Rechercher

Washington prépare des pourparlers directs avec les pro-Iran Houthis du Yémen

"Il y a aussi des inquiétudes grandissantes à Washington sur le fait que l'Arabie saoudite ne veut pas sérieusement mettre fin au conflit", écrit le WSJ

Le président américain Donald Trump regarde le secrétaire d'Etat Mike Pompeo lors de sa participation à une réunion du cabinet à la Maison blanche, le 16 juillet 2019 à Washington (Crédit : Nicholas Kamm / AFP)
Le président américain Donald Trump regarde le secrétaire d'Etat Mike Pompeo lors de sa participation à une réunion du cabinet à la Maison blanche, le 16 juillet 2019 à Washington (Crédit : Nicholas Kamm / AFP)

Les Etats-Unis s’apprêtent à entamer des pourparlers directs avec les rebelles Houthis soutenus par l’Iran pour tenter de mettre fin à la guerre qui a fait des milliers de morts au Yémen, rapporte mercredi le Wall Street Journal.

L’initiative intervient après l’intensification par les Houthis des attaques de missiles et de drones contre l’Arabie saoudite et sur fond de tensions régionales.

« Les Etats-Unis cherchent à inciter l’Arabie saoudite à prendre part à des pourparlers secrets à Oman avec les dirigeants Houthis dans le but de négocier un cessez-le-feu au Yémen », écrit le WSJ, citant des responsables familiers avec ce dossier.

Cette initiative pourrait ouvrir un premier canal de communication entre l’administration du président Donald Trump et les Houthis à un moment où les craintes d’une guerre régionale ne cessent de croître, ajoute le journal.

L’équipe de négociateurs américains sera dirigée par Christopher Henzel, un diplomate chevronné qui est devenu le premier ambassadeur de l’administration Trump au Yémen en avril, selon le WSJ.

Sous l’administration de Barack Obama, les responsables américains ont eu de brefs contacts avec les Houthis en juin 2015, trois mois après l’intervention militaire de la coalition menée par Ryad au Yémen, afin de les convaincre d’assister à pourparlers de paix parrainés par l’ONU à Genève.

La conférence de Genève et d’autres négociations n’ont pas réussi à mettre fin au conflit au Yémen.

« Il y a aussi des inquiétudes grandissantes à Washington sur le fait que l’Arabie saoudite ne veut pas sérieusement mettre fin au conflit », écrit le WSJ.

Les responsables américains prévoient de rencontrer les dirigeants saoudiens à Washington cette semaine pour défendre l’option diplomatique.

Le prince Khaled ben Salmane, vice-ministre saoudien de la Défense et frère du prince héritier Mohammed ben Salmane, devait rencontrer le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo mercredi.

Un responsable du département d’Etat a déclaré au WSJ que « l’ambassadeur des Etats-Unis au Yémen parle à tous les Yéménites pour promouvoir les objectifs des Etats-Unis dans le pays ».

Une guerre a été déclenchée en 2014 avec une offensive des rebelles Houthis qui, venus de leur fief du Nord, se sont emparés notamment de la capitale Sanaa. Une coalition militaire commandée par l’Arabie saoudite voisine est intervenue en 2015 pour soutenir le gouvernement face à ces rebelles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...