Rechercher

Washington s’inquiète de la situation à la frontière entre la Turquie et la Syrie

Les tensions s'accroissent depuis plusieurs semaines entre les Forces démocratiques syriennes (FDS) kurdes d'un côté et les troupes turques et leurs alliés syriens de l'autre

Des combattants syriens soutenus par la Turquie stationnés à un poste situé aux abords de la ville de Marea, une zone rurale du nord d'Alep, le long de la ligne de front avec les secteurs détenus par les Forces démocratiques syriennes, le 20 août 2022. (Crédit :  Aaref WATAD / AFP)
Des combattants syriens soutenus par la Turquie stationnés à un poste situé aux abords de la ville de Marea, une zone rurale du nord d'Alep, le long de la ligne de front avec les secteurs détenus par les Forces démocratiques syriennes, le 20 août 2022. (Crédit : Aaref WATAD / AFP)

Washington appelle « toutes les parties à maintenir les lignes de cessez-le-feu » à la frontière entre la Syrie et la Turquie, a déclaré lundi le département d’État, quelques jours après l’intensification des bombardements dans la zone ayant tué au moins 21 civils, dont des enfants.

« Les États-Unis sont profondément préoccupés par les récentes attaques le long de la frontière nord de la Syrie et exhortent toutes les parties à maintenir les lignes de cessez-le-feu », a déclaré le porte-parole Ned Price.

« Nous déplorons les victimes civiles à Al-Bab, Hasaké et ailleurs », a ajouté M. Price, soulignant que les États-Unis restaient engagés pour « assurer la défaite durable de l’organisation État islamique et une résolution politique du conflit syrien ».

Les tensions s’accroissent depuis plusieurs semaines entre les Forces démocratiques syriennes (FDS) kurdes d’un côté et les troupes turques et leurs alliés syriens de l’autre.

Les autorités kurdes ont assuré vendredi qu’une attaque par un drone turc avant le lever du jour avait touché « un centre de formation de jeunes filles », dans la zone de Chmouka près de Hasaké (nord-est), tuant quatre enfants et en blessant onze autres.

Le bilan a été confirmé par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui a précisé que les enfants dormaient dans ce centre à Hassaké, ville située dans la région autonome kurde.

À Al-Bab, une localité sous contrôle de factions syriennes pro-Ankara située près de la frontière syro-turque, « des tirs d’artillerie des forces pro-régime sur un marché ont tué 17 civils, dont six enfants, et blessé 35 », a indiqué l’OSDH.

Sur place, un correspondant de l’AFP a vu habitants et secouristes se précipiter pour évacuer les blessés, notamment des enfants, au milieu d’étals de fruits et de légumes détruits où gisaient des lambeaux humains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...