Rechercher

Washington « surveille de près » la détention administrative de Muhammad Halabi

Israël accuse le "travailleur humanitaire" d'avoir redirigé des millions de dollars vers le Hamas, mais a fourni peu de preuves concrètes dans cette affaire

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Muhammad el-Halabi, un responsable de l'opération de charité World Vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 pour avoir transmis des fonds de charité à destination de l'organisation terroriste. 
(Capture d'écran: World Vision)
Muhammad el-Halabi, un responsable de l'opération de charité World Vision dans la bande de Gaza, a été inculpé le 4 août 2016 pour avoir transmis des fonds de charité à destination de l'organisation terroriste. (Capture d'écran: World Vision)

L’administration Biden « surveille de près » la détention et le procès en cours par Israël d’un travailleur humanitaire de Gaza accusé en 2016 d’avoir redirigé des millions de dollars d’aide humanitaire vers le Hamas, selon un courriel que l’ambassade des États-Unis à Jérusalem a envoyé au père du suspect la semaine dernière.

Les allégations contre Muhammad Halabi, selon lesquelles il dirigeait le bureau à Gaza du groupe d’aide chrétien Vision Mondiale, ont fait l’objet d’intenses spéculations. Les autorités israéliennes affirment qu’il a acheminé environ 7 millions de dollars chaque année, aux dirigeants du Hamas à Gaza – un certain nombre de collègues disent que c’est plus de trois fois le budget annuel du bureau de World Vision Gaza. Les procureurs ont également fourni un minimum de preuves concrètes tout au long de la procédure qui a été en proie à plusieurs retards depuis l’acte d’accusation largement médiatisé de Halabi en août 2016. Le ministère de la Justice a refusé de fournir une justification quant à la longue détention, affirmant que l’affaire ne relevait pas du domaine public.

Halabi a cherché à être libéré dans l’attente d’un verdict dans l’affaire, étant donné la durée anormalement longue de son incarcération. La Cour suprême devait convoquer une audience sur la question cette semaine, mais elle a été reportée au 15 février.

Dès à présent, le père de Halabi, Khalil, en contact avec l’administration Biden, a demandé à Washington d’intervenir en faveur de son fils.

Une page maintenant archivée du site worldhumanitarianday.org décrit Mohamed Halabi comme un «humanitaire». Halabi est accusé par Israël d’avoir détourné des millions de dollars de dons au profit du Hamas. (Capture d’écran)

La semaine dernière, un représentant de l’Unité des affaires palestiniennes à l’ambassade des États-Unis à Jérusalem a écrit à Khalil en disant que l’administration était au courant du cas de son fils, et l’a même souligné dans le rapport annuel du département d’État sur les pratiques en matière de Droits de l’Homme.

« Les agents de l’ambassade ont suivi son cas de près, et ont déjà été en contact avec World Vision et l’avocat de Mohammad pour en savoir plus sur sa détention et son procès », a déclaré le diplomate de l’ambassade dans le courriel examiné par le Times of Israel. « Nous avons également été en contact avec les autorités israéliennes pour exprimer nos préoccupations quant à l’impact de son affaire sur le rétrécissement de l’espace humanitaire à Gaza. »

« Nous continuerons à suivre l’affaire de près et à faire part de nos préoccupations aux responsables appropriés », a déclaré le responsable américain.

Khalil Halabi a déclaré au Times of Israel qu’il avait contacté l’ambassade des États-Unis parce que World Vision avait un centre important aux États-Unis et qu’il croyait que l’engagement déclaré du président américain Joe Biden en faveur des droits de l’homme l’obligerait à agir au nom de son fils. « Je suis sûr que les Américains ne resteront pas silencieux car un [travailleur humanitaire] est injustement inculpé sur la base d’accusations forgées de toutes pièces », a-t-il déclaré.

L’acte d’accusation contre Halabi l’accuse d’avoir rejoint les Brigades Ezzedin al-Qassam, l’aile armée du Hamas, en 2004 ou 2005, et d’avoir reçu l’ordre de chercher un emploi chez World Vision afin de promouvoir les intérêts du groupe terroriste. Chez World Vision, Halabi a acheminé des millions de dollars de l’organisation humanitaire au Hamas et a transféré des centaines de tonnes de fer, de matériaux de creusement et de tuyaux en plastique au groupe terroriste pour construire des tunnels d’attaque transfrontaliers et des postes militaires. Halabi aurait fait en sorte que World Vision surpaie une entreprise agricole pour ses services, ce qui lui aurait permis ensuite de transmettre ces fonds au groupe terroriste.

Mais dans une interview accordée en 2019 au Times of Israel, l’avocat de Halabi, Maher Hanna, a catégoriquement rejeté les accusations, notant que son client était un représentant du mouvement rival Fatah au conseil étudiant de son université, alors qu’Israël alléguait qu’il avait rejoint l’aile armée du Hamas.

En plus du montant exorbitant des fonds que Halabi est accusé d’avoir acheminé, Hanna a également mis en doute le fait qu’Israël n’ait pas remarqué la contrebande d’une énorme quantité de fer, qui peut également être utilisé à des fins terroristes, aux points de passage frontaliers de Gaza qu’il contrôle.

Les audits effectués par World Vision en collaboration avec l’Allemagne, l’Australie et l’Agence américaine pour le Développement International, qui parraine séparément le travail du groupe d’aide, ont tous conclu qu’il n’y avait aucune irrégularité dans les finances du bureau de Gaza.

Hanna a accusé le système judiciaire de refuser de fournir des traducteurs qualifiés, ce qui a empêché son client de répondre correctement aux questions. L’avocat a également déclaré qu’Israël avait refusé d’accorder un permis d’entrée à l’un des collègues de Halabi que Hanna voulait appeler à la barre des témoins pour témoigner au nom de son client au tribunal de district de Beer Sheva. Israël a invoqué des préoccupations en matière de sécurité en rejetant la demande. La même justification a été utilisée pour limiter l’accès de Hanna aux procès-verbaux du tribunal. Hanna a également été interdit d’entrer à Gaza où les faits criminels présumés ont eu lieu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...