Yair Lapid annonce qu’il formerait un gouvernement d’unité avec le Likud
Rechercher

Yair Lapid annonce qu’il formerait un gouvernement d’unité avec le Likud

Avec des sondages qui lui sont favorables, le parti Yesh Atid recrute des maires pour dynamiser son influence dans les zones rurales

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, lors d'une conférence de presse, le 7 mars 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, lors d'une conférence de presse, le 7 mars 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Suite à un certain nombre de manœuvres politiques suggérant de possibles élections anticipées, le président du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a déclaré jeudi que s’il était chargé de former une coalition, il tendrait la main aux partis de gauche et de droite pour tenter de former un gouvernement d’unité nationale.

Répondant à des allégations selon lesquelles il s’était « déplacé à droite » pour tenter d’atteindre une nouvelle base électorale, Lapid a déclaré à la radio militaire qu’on ne pouvait pas facilement le définir au sens traditionnel de la carte politique. « Je ne suis ni à droite ni à gauche, je suis un homme du centre », a-t-il affirmé.

Envisageant la possibilité que son parti Yesh Atid puisse gagner plus de sièges que n’importe quel autre parti à la Knesset, Lapid a estimé que le fait d’être un politicien centriste l’aiderait à englober les deux côtés du spectre politique.

« Je vais essayer de former un gouvernement d’unité nationale avec le Likud et le parti travailliste si je gagne les élections », a-t-il annoncé.

Au cours des derniers mois, le score du Yesh Atid a augmenté dans les sondages d’opinion, devançant systématiquement le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Likud.

Alors que le parti cible les électeurs des deux côtés du spectre politique, le succès de Yesh Atid dans les sondages se fait largement aux dépens de l’Union sioniste de gauche, qui, selon les sondages, perdrait plus de la moitié de ses partisans au profit du parti de Lapid.

Alors que les députés du Likud commencent à parler du paysage politique « post-Netanyahu » et que le parti travailliste se prépare pour une âpre bataille pour déterminer le nouveau leader du parti, Lapid a annoncé mardi que sept chefs de conseils régionaux dans le pays se joignaient à son parti.

« Ils viennent du Likud, du parti travailliste et des listes indépendantes. Du sud profond au nord lointain … Ce sont des gens qui sont venus travailler », a déclaré Lapid, soulignant que les nouveaux ajouts aideraient le parti à se concentrer sur les questions relatives aux zones rurales du pays.

Le président du conseil régional du Golan, Eli Malka, qui est le plus important des sept recrues, a déclaré que rejoindre Yesh Atid serait bénéfique pour les communautés rurales représentées par les chefs du conseil.

« Nous avons décidé ensemble que nous allions rejoindre une force politique et nous sommes arrivés à la conclusion que l’endroit le plus naturel et le plus approprié où il fallait être, était le parti Yesh Atid », a déclaré Malka, un ancien membre du parti Likud.

S’adressant au Times of Israel suite à la conférence de presse, Sigal Moran, le chef du Conseil régional de Bnei Shimon, a déclaré avoir longtemps été membre du parti travailliste – la faction dominante au sein de l’Union sioniste – mais qu’il avait eu le sentiment que Yesh Atid « a le mieux parlé la langue » de l’Israël rural.

Les élections législatives sont en théorie lointaines, prévues pour le printemps 2019, mais avec Netanyahu qui fait l’objet d’enquêtes pour une série de scandales, certains experts estiment que les prochaines élections pourraient arriver plus tôt que prévu.

Mercredi, le ministre de l’Education Naftali Bennett a demandé à ce que les primaires pour son parti HaBayit HaYehudi soient organisées plus tôt. Une source de son parti a affirmé qu’elles seraient susceptibles d’avoir lieu dans quelques semaines.

Formé par Lapid en 2012, le parti Yesh Atid a connu un succès surprenant en remportant 19 sièges lors des élections de 2013 et est ainsi devenu le deuxième plus grand parti. Il avait rejoint le Likud dans la coalition. Lors des élections de 2015, le parti n’a réussi à remporter que 11 sièges qu’il détient actuellement à la Knesset, où il siège dans l’opposition.

Malgré l’accent initial mis par son parti sur les préoccupations intérieures, Lapid a utilisé son mandat en tant que député pour se créer le rôle de ministre des Affaires étrangères de l’opposition, alors que le véritable poste est actuellement détenu par Netanyahu lui-même.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...