Yair Netanyahu à l’affiche de la propagande d’un élu allemand d’extrême-droite
Rechercher

Yair Netanyahu à l’affiche de la propagande d’un élu allemand d’extrême-droite

Le fils du Premier ministre, qui réclame le retour d'une Europe chrétienne, a répondu "Agissez avec vos collègues pour mettre fin à cette folie" à Joachim Kuhs

Un graohique réalisé par un politicien allemand d'extrême-droite reprenant un tweet et une photo de Yair Netanyahu. (Crédit :Twitter)
Un graohique réalisé par un politicien allemand d'extrême-droite reprenant un tweet et une photo de Yair Netanyahu. (Crédit :Twitter)

JTA — Yair Netanyahu, le fils du Premier ministre, a appelé la semaine dernière à la mort de l’Union européenne et au retour à l’Europe « chrétienne ».

Un responsable politique d’extrême-droite en Allemagne a transformé son tweet en affiche qu’il a ensuite relayée sur Twitter. Joachim Kuhs, eurodéputé pour le parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), y a également inclus une photo du fils de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien.

Kuhs citait un tweet du 28 avril – rédigé en réponse à la délégation de l’UE en Israël – dans laquelle le jeune Netanyahu avait écrit : « L’espace Schengen est mort, et bientôt votre organisation mondialiste maléfique le sera aussi, et l’Europe redeviendra libre, démocratique et chrétienne ».

Il fustigeait une cérémonie israélo-palestinienne organisée à l’occasion de Yom HaZikaron, soutenue financièrement par l’UE – selon le fils de Netanyahu. Or, un porte-parole de la mission de l’UE en Israël a déclaré au Times of Israel qu’elle n’avait pas soutenu financièrement l’événement de lundi.

ARTICLE A LIRE – Alternative pour l’Allemagne : des élus – très – à droite

Kuhs a relayé l’affiche accompagnée de cette légende : « le christianisme est le remède contre l’organisation mondialiste maléfique de l’UE, selon Yair Netanyahu ».

Kuhs dirige également un groupe appelé « Chrétiens de l’AfD ».

Yair Netanyahu a répondu au tweet de l’euro-député d’extrême droite : « Agissez avec vos collègues pour mettre fin à cette folie » et a inclus un lien vers un dossier sur le financement allemand des organisations à but non lucratif en Israël réalisé par NGO Monitor, un groupe qui fournit des données sur les sources de financement des organisations de gauche et de défense des droits humains en Israël.

Créé en 2013, ce parti d’extrême droite chamboule depuis le paysage politique allemand, en particulier en ex-RDA. Il a fait son entrée au Parlement pour la première fois en 2017. Il remet – notamment – en cause la culture de repentance vis-à-vis de la Shoah en Allemagne.

Björn Höcke, tenant de l’aile plus droitière du mouvement, a estimé que l’AfD, en progression constante depuis 2015, était « en train de devenir un grand parti populaire national ». Il avait aussi qualifié en 2017 le Mémorial de la Shoah à Berlin de « monument de la honte ». Il a aussi défendu l’idée d’une « Allemagne millénaire », une manière de signifier que l’histoire nationale dépasse la seule période nazie, qu’un autre cacique de l’AfD, Alexander Gauland (qui avait paraphrasé Hitler dans un discours), a pour sa part qualifié de simple « fiente d’oiseau » au regard du passé glorieux du pays.

« Beaucoup d’électeurs ont soutenu un parti qui prépare depuis des années le terrain à l’exclusion et la violence d’extrême droite », avait déploré Mme Charlotte Knobloch en octobre, dénonçant la « minimisation de la période nazie, son nationalisme décomplexé », et l’incitation « à la haine des minorités, dont la communauté juive ». « Celui qui a voté pour l’AfD savait exactement ce qu’il faisait », avait affirmé l’ancienne dirigeant du Conseil central des jUifs d’Allemagne. « Ceux qui votent pour l’AfD votent en faveur d’une Allemagne anti-démocratique » en toute connaissance de cause, et n’expriment plus seulement un vote protestataire, avait renchéri le président de la communauté juive allemande Josef Schuster.

A LIRE : Des élus bavarois boycottent la commémoration de la libération d’Auschwitz

Yair Netanyahu est un très grand habitué des controverses et avait déjà auparavant publié des messages en ligne pour le moins agressifs.

En 2017, il a fait l’objet d’une condamnation internationale après avoir publié une caricature visant les détracteurs de ses parents – laquelle semblait adopter des poncifs antisémites.

A LIRE : Le troll de la rue Balfour

Benjamin Netanyahu est souvent critiqué pour avoir rapproché Israël de pays dont les gouvernements sont d’extrême droite.

A LIRE – Allemagne : Des juifs d’extrême droite pour l’interdiction de l’abattage rituel

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...