Des dizaines de terroristes palestiniens, dont la plupart seraient des membres du Hamas, ont capitulé face à l’armée israélienne mercredi pendant des raids dans les villes du sud de la bande de Gaza, Rafah et Khan Younis.

Les hommes, qui sont sortis de leurs cachettes les mains en l’air au-dessus de leur tête, ont été placés en détention par Israël en vue d’un interrogatoire.

Au total, 150 Palestiniens ont été arrêtés, mais seulement 70 d’entre eux suspectés de perpétrer des attaques terroristes ont été transférés sous haute sécurité aux renseignements de l’armée israélienne et aux infrastructures du Shin Bet pour être interrogés, a expliqué au Times of Israel une porte-parole de l’armée, s’ajoutant aux 28 agents déjà capturés. Les autres détenus ont été libérés selon la radio militaire.

Une photo des Gazaouis postée sur Facebook par le ministre des Transports Israël Katz montre deux rangées de prisonniers à genoux dans le sable, portant uniquement des sous-vêtements et des chaussures. Ils ont été dépouillés de leurs vêtements pour s’assurer qu’ils ne portaient pas d’armes.

L’armée a déclaré qu’aucun soldat n’avait été blessé dans les opérations de la nuit dans la bande de Gaza, mais plusieurs ont été légèrement blessés jeudi matin dans la partie nord de la bande.

Plus de 100 cibles ont été frappées par l’armée mercredi dans toute la bande de Gaza, a affirmé un porte-parole de l’armée. Depuis le début de l’opération Bordure protectrice, le 8 juillet, l’armée israélienne a frappé plus de 3 330 cibles, y compris des tunnels, rampes de lancement de roquettes et plusieurs quartiers militaires du Hamas.