On aurait pu croire le lieu endeuillé à jamais, abîmé par Mehdi Nemmouche en mai 2014 qui avait abattu Emanuel et Miriam Riva, Dominique Sabrier et Alexandre Strens au nom de l’organisation Etat islamique.

Pourtant, annonce la RTBF, le musée juif de Belgique semble avoir voulu créer un symbole pour son exposition d’ouverture.

Le lieu a décidé d’aborder le thème de l’immigration à travers « Belgique, terre d’accueil », qui traite des vagues d’immigration depuis 1830 et des 180 nationalités qui s’y côtoient aujourd’hui.

« L’exposition veut rappeler qu’il faut parler de cette question et qu’il faut qu’un maximum de jeunes et de moins jeunes se souviennent de cette histoire, tonne Pascale Falek-Alhadeff, la responsable de l’exposition qui appelle par ailleurs à la création d’un musée belge de l’immigration. Il faut expliquer qui a forgé Bruxelles pour en faire ce qu’elle est aujourd’hui et réfléchir à ce qu’elle devra être demain. »