Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé mardi le Hamas et le président palestinien Mahmoud Abbas d’être les responsables « directs » de l’attaque dans une synagogue à Jérusalem qui a fait quatre morts.

Cet attentat intervient au surlendemain de ce que les Palestiniens ont dénoncé comme le « meurtre raciste » d’un chauffeur de bus palestinien dans la capitale et sur fond de heurts quotidiens à Jérusalem.

Cet attentat « est le résultat direct des incitations à la violence menées par le Hamas et Mahmoud Abbas », a affirmé dans un communiqué M. Netanyahu qui a prévenu qu’Israël réagira « avec une poigne de fer à ce meurtre de juifs » en prière.

Il a dénoncé la communauté internationale « qui fait preuve d’irresponsabilité en ignorant ces incitations à la violence ».

Le Premier ministre a dénoncé également M. Abbas lors d’un entretien téléphonique avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry au cours duquel il qualifié l’attaque « d’odieux assassinat dans un lieu saint ».

Il a annoncé dans ce contexte qu’il rencontrerait les responsables israéliens de la sécurité pour des « consultations » mardi après-midi.

Quatre Israéliens ont été tués mardi dans l’attaque d’une synagogue à Jérusalem par deux Palestiniens, ensuite abattus par la police, dans l’attaque la plus meurtrière depuis plusieurs années dans la Ville sainte déjà en proie à des heurts quotidiens. Huit autres Israéliens ont été blessés dont un qui est dans un état critique, selon les services de secours.

Le ministre de la Défense Moshé Yaalon a promis de poursuivre « les auteurs des attentats, ceux qui les ont envoyés partout et par tous les moyens à l’intérieur et à l’extérieur des frontières d’Israël ».

Le Hamas a salué l’attaque affirmant qu’elle était une « réponse au meurtre » d’un conducteur palestinien de bus retrouvé mort lundi à Jérusalem, un suicide selon Israël, le ministre israélien de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a accusé Mahmoud Abbas et le Hamas d' »inciter à la violence ».

« Ils utilisent tous les prétextes pour inciter à la violence, y compris le suicide du chauffeur d’autobus (palestinien) alors qu’il s’agit d’un suicide comme l’a prouvé un rapport de l’institut médico-légal après une autopsie », a-t-il dit.

L’attentat dans une synagogue, un fait rare, fait redouter que les violences dégénèrent en conflit religieux, M. Aharonovich a appelé les Israéliens « à ne pas se faire justice eux-mêmes ».

Le ministre de l’Economie Naftali Bennett, qui dirige Habayit Hayehudi, a qualifié Mahmoud Abbas de « terroriste en chef ». « Il a déclaré la guerre à Israël et nous devons réagir en conséquence », a-t-il affirmé à la radio militaire.

Le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient Robert Serry a dénoncé l’attaque. « Il ne peut y avoir aucune justification pour des meurtres délibérés », a-t-il dit, en appelant « toutes les parties à faire leur maximum pour éviter une nouvelle escalade alors que la situation est déjà très tendue à Jérusalem ».