Des centaines de gays, lesbiennes, bisexuels, transsexuels et autres queers ont défilé dans les rues de Jérusalem jeudi lors de la 13ème Gay Pride, qui avait été reportée à deux reprises suite aux 50 jours de guerre à Gaza.

La marche, qui a été parrainée par le « Jerusalem Open House » – l’organisation LGBT la plus importante dans la capitale – a commencé à 17 heures au Liberty Bell de Jérusalem, et s’est terminée au Parc de l’Indépendance.

Des centaines de policiers et d’agents de patrouille ont assuré la sécurité de ce rassemblement.

L’événement, qui se vante traditionnellement d’une foule nettement moins flamboyante que son homologue de Tel Aviv, a été suivi par beaucoup moins de personnes que les années précédentes, ont fait savoir les militants.

Certains manifestants ont affirmé que le faible taux de participation était du à un post controversé sur Facebook le 20 juillet publié par le directeur exécutif de l’Open House, Elinor Sidi, dans lequel il a appelé à brûler à la fois à la Knesset et le siège de Tsahal, et demandant également aux soldats de désobéir aux ordres.

Le poste a indigné certains membres de la communauté LGBT, qui à son tour a utilisé Facebook pour appeler à sa démission. Des citoyens à l’extérieur de la communauté gay ont également été perturbés par ce post. Le maire-adjoint de Jérusalem Meir Turgeman a déposé une plainte à la police contre Sidi, l’accusant d’incitation à la violence contre l’Etat.

Sidi s’est excusé peu après, et les membres du conseil d’administration de l’Open House ont publié leur propre communiqué expliquant qu’ils n’avaient pas soutenu leur directeur dans sa démarche.

Debra Kamin a contribué à cet article.