Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan (Likud) a signé jeudi un ordre pour interdire à la chaîne de télévision Musawa financée par l’Autorité palestinienne de diffuser en Israël pendant six mois.

Erdan a décidé de fermer la chaîne basée en Israël – anciennement connue sous le nom Palestine 48 – après avoir appris qu’elle fonctionnait au nom de l’Autorité palestinienne, selon un communiqué.

En juillet 2015, le ministre avait ordonné que la chaîne Palestine 48 cesse de fonctionner pendant six mois, faisant valoir que la chaîne de télévision n’avait pas été autorisée à diffuser en Israël. La chaîne a ensuite changé son nom pour devenir Musawa, a rapporté Erdan.

Le contenu de la chaîne Musawa est produit à Nazareth, dans le nord d’Israël, et envoyé à la ville de Ramallah en Cisjordanie pour y être édité, dans un arrangement, selon Erdan, qui n’a pas été autorisé. L’Autorité palestinienne parraine la chaîne de télévision.

« Je ne permettrai pas que de quelconques préjudices impactent la souveraineté d’Israël ni ne donnerai de prise à l’Autorité palestinienne dans le pays », a déclaré Erdan.

Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 9 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 9 février 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’an dernier, Riad Hassan, président de la Palestinian Broadcasting Corporation, avait qualifié la décision de fermer Palestine 48 d’ « illégale ».

Il a dit que cela aurait une incidence sur les sociétés de production israéliennes qui produisent deux programmes pour la chaîne à Nazareth, et a averti que les entreprises contesteraient la décision devant la Cour suprême d’Israël.

Lors de la conférence d’inauguration de la chaîne, Hassan avait déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et « son gouvernement d’extrême-droite » ne pouvaient pas fermer Palestine 48, et que la chaîne « donnerait également une tribune à l’autre côté, aux gens de droite et aux ministres du gouvernement ».

Hassan a déclaré que l’objectif de la chaîne était « de donner une tribune aux Arabes de ’48 afin qu’ils puissent exposer au monde arabe tout ce qu’ils subissent, leurs difficultés sociales, culturelles et économiques ». Hassan a affirmé que si l’Autorité palestinienne avait l’intention de soutenir la chaîne, la chaîne n’avait « pas l’intention de violer la loi israélienne ».

Hassan a rapporté que les pourparlers pour créer la chaîne avaient commencé plus d’un an plus tôt et que le plan avait reçu la bénédiction des membres arabes de la Knesset, des écrivains et des personnalités des médias. La chaîne veut concentrer ses émissions sur la vie des Arabes vivant à l’intérieur d’Israël et offrirait un contenu produit en Galilée, dans le Néguev et dans le Triangle, une zone dans le nord d’Israël où réside une population arabe importante. Sanaa Hamoud, membre d’un groupe spécial qui conseille la chaîne, a déclaré que la mise en place de la chaîne avait été un tournant dans l’histoire de la population arabe d’Israël.