Israël a tué deux hauts commandants sur le terrain du Hamas durant le conflit de cet été dans la bande de Gaza, et a gardé leurs dépouilles, a fait savoir la branche armée du groupe terroriste palestinien à une agence de presse turque dimanche.

Un fonctionnaire anonyme des Brigades Ezzedine al-Qassam a confirmé à l’Agence Andolu que Bassil Abul Nagga et Ibrahim al-Ghamour, deux commandants d’une unité d’élite du Hamas, ont été tués dans les combats avec les forces israéliennes dans l’est de Khan Yunis lors de l’opération Bordure protectrice. selon le rapport, Israël détiendrait encore les dépouilles d’Abul Nagga et d’Al-Ghamour.

Le Hamas n’a fait aucune annonce officielle sur les morts d’Abul Nagga et d’Al-Ghamour, mais la source palestinienne des Brigades Qassam indique que des responsables du Hamas avaient visité les familles des deux commandants tués pour les informer.

Le rapport turc n’a pas pu être confirmé de source indépendante. L’armée israélienne a refusé de commenter, disant qu’elle ne répondait pas à des rapports de presse étrangers.

Plus tôt en octobre, un haut responsable de l’aile politique du Hamas a déclaré qu’Israël et le groupe islamiste étaient prêts à commencer les négociations sur le retour des dépouilles de deux soldats israéliens tués durant les combats à Gaza, au milieu d’indications selon lesquelles un accord était en cours.

Mohammed Nazzal a fait savoir que les discussions sur la récupération des corps de Hadar Goldin et d’Oron Shaul commenceraient probablement plus tard ce mois-ci au Caire, et que le Hamas exigerait d’Israël qu’il « paye le prix » pour chaque information sur la localisation des dépouilles des soldats .

Pendant le conflit de 50 jours cet été, l’armée israélienne a également éliminé deux autres responsables militaires du Hamas, Raed Al-Attar, le commandant de la zone de Rafah, et Muhammad Abu Shamala, le chef du commandement Sud du Hamas. Israël a également visé le commandant du Hamas Mohammed Deif, mais il n’y a aucune confirmation officielle de sa mort.