Les efforts internationaux pour tenter de sceller une trêve entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza doit conduire au désarmement du groupe palestinien, a exigé lundi le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Tout juste rentré d’une mission qui a échoué au Proche-Orient pour imposer un cessez-le feu aux belligérants, M. Kerry a jugé devant des journalistes à Washington que « tout processus pour résoudre la crise à Gaza, de manière durable et significative, doit mener au désarmement du Hamas et de tous les groupes terroristes ».

Le chef de la diplomatie américaine a assuré qu’il continuerait à œuvrer « à établir un cessez-le-feu humanitaire sans conditions ».

Une telle trêve « pourrait célébrer l’Aïd qui commence maintenant, mettrait un terme aux combats, permettrait d’acheminer à Gaza des vivres et des médicaments et offrirait à Israël les moyens de répondre à la menace que posent les attaques depuis les tunnels, une menace que nous comprenons complètement et qui est véritable », a expliqué le ministre américain.

Aux yeux de M. Kerry, « l’élan provoqué par un cessez-le-feu humanitaire est le meilleur moyen d’être en position de négocier » entre les parties combattantes.