Mercredi soir, le groupe chinois Bright Food a acquis une participation majoritaire du conglomérat laitier israélien Tnuva, des mains d’une entreprise basée à Londres, pour la somme de 8,6 milliards de shekels (2,5 milliards de dollars).

L’accord accorde à la société étatique chinoise une participation de 56 % de Tnuva, qui contrôle plus de 70 % du marché des produits laitiers en Israël.

Tnuva, créée il y a près de 80 ans sous forme de coopérative détenue par des producteurs laitiers du kibbutz, était contrôlée par la société britannique Apax et par l’israélien Mivtach Shamir Holdings, qui, ensemble, ont acheté 76,7 % de la société en 2008.

En février, les membres de la commission des affaires économiques de la Knesset ont exprimé leur forte opposition à un achat imminent. Nombre de députés ont exprimé la crainte devant le fait que l’une des plus grandes entreprises alimentaires d’Israël se retrouve dans des mains étrangères.

Le président de la commission, le député Avishai Braverman (Travailliste), a demandé au gouvernement d’intervenir et d’empêcher la vente.

Les producteurs laitiers ont également protesté contre la vente, à Jérusalem et Tel-Aviv. Dans une manifestation en février, les agriculteurs ont distribué des ballons bleus et des posters de produits de Tnuva à Tel Aviv, avec les mots « Made in China ».

« C’est une question de sécurité alimentaire », a déclaré un manifestant à la Première chaîne. « Nous ne pouvons pas remettre notre approvisionnement alimentaire au bon vouloir des Chinois. Les Israéliens veulent du lait israélien. »

Mais Tnuva n’est pas entre des mains israéliennes depuis près d’une décennie. En 2007, une société d’investissement britannique, Apax Partners, a acheté la majorité des parts de la société de partenaires du kibboutz, ainsi que la société d’investissement israélienne Mivtach Shamir.

Une minorité des partenaires de la coopérative avaient refusé de renoncer à leurs actions, mais furent incapables d’empêcher le rachat de la société par Apax. Apax possédait 56,05 % de Touva, Mivtach Shamir 20,67 %, et les partenaires du kibboutz récalcitrants 23,3 %.

À l’époque, la plupart des agriculteurs, ainsi que le ministère des Finances, avaient contesté le rachat de Tnuva, mais Apax avait réussi à les convaincre en concluant des accords d’approvisionnement avec eux.

A présent, les agriculteurs craignent que les nouveaux patrons ne cherchent à renégocier leurs prix, comme cela se produit souvent lorsque des entreprises sont rachetées.

La vente elle-même est le résultat d’une récente législation parlementaire encourageant les holdings à rechercher des actifs afin de favoriser la concurrence.

Apax est également propriétaire de la maison d’investissement israélienne Psagot, ainsi que d’autres actifs. Des responsables de la société auraient affirmé craindre que le gouvernement israélien ne les force à vendre certains actifs.

Bright Foods est en prise à une frénésie d’acquisition. L’année dernière, il achetait le conglomérat américain de transformation de viande Smithfield Foods. En 2012, il a fait l’acquisition de la société britannique de céréales Weetabix.

En juin 2011, des foules d’Israéliens sont descendus dans les rues pour protester contre les prix élevés de Tnuva.

Cent mille personnes ont rejoint une page Facebook contre le prix élevé du fromage cottage, et organisé des manifestations de masse exigeant la baisse des prix laitiers en général. Les protestations visaient directement Tnuva.

David Shamah a contribué à cet article.