Bienvenue dans la guerre moderne et dans sa dimension irréelle.

Nous sommes actuellement en pleine confrontation entre Israël et le Hamas à Gaza, et à la troisième tentative majeure d’Israël, depuis que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007, de mettre fin aux tirs de roquettes de nos ennemis islamistes dans le pays.

Les roquettes sont de plus en plus nombreuses et volent toujours plus loin. Heureusement, il semblerait que le Dôme de fer, le système de défense d’Israël soit à la hauteur du challenge. « C’est un système assez robuste », a déclaré calmement son concepteur, Danny Gold, dans une interview samedi soir sur la Deuxième chaîne, quelques minutes après que le Dôme de fer ait simultanément intercepté une dizaine de roquettes du Hamas.

Des roquettes plus agressives, un système défensif qui s’améliore… et une couverture médiatique d’un nouveau genre, comme le démontre, assez bizarrement, la soirée de samedi.

À 20 heures, dans un communiqué qui visait à coïncider avec les principaux journaux télévisés du soir en Israël, le Hamas a déclaré qu’une heure plus tard, il allait tirer une nouvelle génération de fusées sur Tel Aviv – les J80, nommé d’après Ahmed Jabari, le chef terroriste qu’Israël a tué au début de la confrontation précédente en 2012.

Israël se prépare alors au pire, et un peu après 21 heures, une salve de roquettes lourdes a effectivement été lancée à partir de Gaza. Nous savions ce qu’il se passait parce que les équipes de tournage de la télévision israélienne surveillaient le ciel de la bande, constamment à la recherche de signes de lancements de fusées.

Nous avons donc tous vu des lumières dans le ciel, de petites boules oranges en route pour Israël. Nous avons ensuite, heureusement, vu d’autres lumières dans le ciel alors que le Dôme de fer envoyait ses intercepteurs et faisait exploser les roquettes du Hamas, l’une après l’autre, et ce partout autour du centre d’Israël.

Le Hamas était si confiant dans son imminent « succès », cependant, qu’il diffusait la Deuxième chaîne israélienne sur la chaîne de télévision Al-Aqsa de Gaza – en espérant qu’il allait relayer des scènes de blessés et de morts israéliens. La Deuxième chaîne, pour sa part, profitait de l’occasion pour interviewer les présentateurs d’Al-Aqsa quelques minutes après que le Dôme de fer ait fait ses preuves à nouveau.

Ainsi, nos écrans ont-ils montré la Deuxième chaîne diffuser Al-Aqsa TV, qui diffusait elle-même la Deuxième chaîne, avec le commentateur Ehud Yaari essayant sur les deux canaux de parler au présentateur de télévision du Hamas, qui a dit à Yaari de manière abrupte qu’il ne voulait pas lui parler. (Confus ? Vous devriez l’être…).

En effet, le commentateur du Hamas a déclaré que l’apparition du journaliste israélien sur les écrans de télévision du Hamas était absurde, et a également accusé la Deuxième chaîne de diffuser faussement des scènes de la vie israélienne (dans lesquelles les Israéliens vivaient une vie normale) alors que la réalité était celle d’un Israël tapi sous les bombes.

« Ils ont pris notre flux d’informations, en espérant qu’ils allaient montrer, à Dieu ne plaise, des roquettes frappant Israël », a expliqué Yaari plus tard. « Cela n’a pas fonctionné pour eux ».

Que les tirs de roquettes aient « échoué », cependant, n’a pas empêché le Hamas de faire valoir qu’ils avaient « réussi ».

En prétendant faussement que les médias israéliens avaient fait état de victimes israéliennes dans l’attaque, le Hamas a provoqué des scènes de chant et de danse dans le camp de réfugiés de Jabaliya. Le fait que des millions d’Israéliens soient obligés de se réfugier dans des abris suite aux tirs de roquettes a été clairement perçu par beaucoup dans la bande de Gaza comme un moment de fête.