L’Autorité israélienne de l’Innovation a créé un nouveau programme intitulé “Laboratoires d’innovation technologique” qui a pour objectif d’encourager les entreprises à ouvrir des laboratoires d’innovation pour soutenir les start-ups dans leurs secteurs de prédilection.

“L’innovation ouverte est cruciale pour le développement des entreprises dans notre économie avancée”, a expliqué Avi Hasson, scientifique en chef du ministère de l’Economie et de l’Industrie et président de l’Autorité d’Innovation israélienne, qui fait partie de son ministère.

« Ce programme aidera les sociétés israéliennes qui font fonctionner ces laboratoires à croître et à renforcer leur position en Israël. Il viendra également aider les multinationales à être davantage exposées à cette atmosphère unique de l’innovation en Israël et à soutenir leur présence ici. Cela stimulera également l’industrie israélienne spécifiquement et l’économie israélienne en général ».

Le programme a pour objectif d’apporter du soutien aux entrepreneurs et aux start-ups qui ont des idées innovantes, qui veulent réaliser des démonstrations de faisabilité et développer leurs idées en produits.

Il vient aussi aider les multinationales et les sociétés qui pourraient être intéressées par l’utilisation des laboratoires pour exploiter de nouvelles technologies. Il vise également à soutenir les start-ups en leur ouvrant l’accès à des infrastructures technologiques, auxquelles elles ne pourraient le cas échéant pas avoir accès.

Dans le cadre de ce programme, les entrepreneurs comme les start-ups obtiendront le soutien de ces laboratoires, notamment par le biais de leurs outils de production et de développement, de leur savoir-faire en termes de marché et de fonctions marketing et de leur expertise dans l’évaluation et la création des produits.

L’Autorité israélienne de l’Innovation octroiera un soutien financier aux sociétés qui fonderont des laboratoires d’innovation, ceci jusqu’à 85 % d’un budget qui aura été préalablement approuvé pour l’entreprise par l’Autorité et ce, à hauteur d’un million de shekels pour une période d’activité allant jusqu’à 12 mois.

Le scientifique en chef du ministère de l'Economie, Avi Hasson. (Crédit : autorisation)

Le scientifique en chef du ministère de l’Economie, Avi Hasson. (Crédit : autorisation)

L’Autorité israélienne de l’Innovation assumera 33 % des coûts de l’établissement de l’infrastructure du laboratoire et de la mise à disposition de la technologie.

Ce montant pourra s’élever à 50 % pour les laboratoires lancés dans les zones périphériques du pays – et, sous condition, à hauteur d’un montant de 4 millions de shekels.

L’Autorité financera 50 % du total du coût de fonctionnement du laboratoire à un montant maximum de 500 000 shekels par an, a fait savoir l’Autorité dans un communiqué.

Anya Eldan, administratrice générale de la division chargée des start-ups au sein de l’Autorité de l’Innovation, a expliqué que l’objectif principal du programme est de créer des liens entre les sociétés et les start-ups, en particulier dans des secteurs comme l’automobile, la robotique et l’imprimerie 3D.

« Le programme va aider à construire des écosystèmes en Israël dans des domaines variés autour de ces laboratoires, en permettant de soutenir une gamme d’activités que les entrepreneurs doivent développer lorsqu’ils réalisent des démonstrations de faisabilité autour d’une idée innovante », a-t-elle dit.

Un appel à projet sera publié à la fin du mois. Jusqu’à cinq laboratoires d’innovation technologiques pourront alors être sélectionnés parmi les propositions qui seront soumises, a indiqué l’Autorité chargée de l’Innovation dans son communiqué.

Textile intelligent et métrologie

De plus, l’Autorité chargée de l’Innovation a indiqué avoir approuvé l’établissement de deux nouveaux consortiums – des équipes constituées de représentants de l’industrie et d’universitaires – pour s’intéresser au développement de textiles intelligents et de métrologie multidimensionnelle, un système de mesure qui permet de contrôler la production des semi-conducteurs à l’ère de la nanoélectronique.

Les équipes seront établies via le programme MAGNET de l’Autorité, qui réunit les industries technologiques et de transformation et les instituts de recherche académiques pour établir des programmes technologiques de développement conjoints à long-terme dans des secteurs variés.

“Le développement de textiles fonctionnels à valeur ajoutée, qui répondent aux conditions climatiques, permettront aux entreprises israéliennes de se positionner dans le marché haut-de-gamme du textile mondial pour les produits de première qualité. Ce marché est caractérisé à la fois par la stabilité et une forte valeur ajoutée”, affirme l’Autorité de l’Innovation dans un communiqué.

Cette coentreprise dans les deux domaines « exposera les sociétés à un savoir-faire unique et permettra la coopération dans la recherche et le développement, une coopération qui n’était pas possible auparavant », indique le communiqué.

Les entreprises qui participeront au programme seront exonérées de prélèvements sur l’argent reçu à travers le consortium, a ajouté le communiqué.

“Les deux consortiums représentent des tendances qui s’affirment dans deux secteurs significatifs dans lesquels l’industrie israélienne a un avantage relatif”, explique Hasson.

“Cela contribuera de manière considérable aux industries associés, et cela produira des solutions de marché pour les exportations. Chaque consortium devra inclure de nombreux groupes issus de l’industrie et du monde universitaire, ce qui créera une masse critique d’activité dans ces verticales qui comprennent des défis technologiques considérables ».

Le programme MAGNET a d’ores et déjà établi cinq consortiums ces dernières années. Chacun d’entre eux opère traditionnellement pendant environ cinq ans.

Le budget alloué aux consortiums de MAGNET pour 2017 s’élèvera à 170 millions de shekels (44,5 millions de dollars), ce qui permettra à 12-13 consortiums d’opérer, en particulier ceux des dernières années, explique le communiqué.