L’équipe de football espagnole FC Barcelone aurait décidé de ne pas prolonger son contrat de sponsoring avec un groupe du Qatar affilié à la famille royale, en raison de l’implication présumée du Qatar dans le financement de groupes terroristes extrémistes islamiques.

La Deuxième chaîne a rapporté vendredi soir que Barcelone, l’équipe de football sans doute la plus populaire au monde, ne renouvellera pas l’accord, qui lui a jusqu’ici apporté près de 200 millions de dollars, en raison de préoccupations croissantes liées à la participation de l’Etat du Golfe dans le financement du terrorisme.

Les dirigeants israéliens accusent souvent le Qatar de financer le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle Gaza. Le reportage TV a également fait état d’un financement présumé des Frères musulmans, du front Al-Nosra et d’autres groupes islamistes par le Qatar.

Pendant la guerre Israël-Hamas cet été, le président Shimon Peres a qualifié le Qatar « le plus grand bâilleur de fonds du terrorisme au monde ».

Le contrat de sponsoring, qui expire dans un peu plus d’un an, a été conclu avec Qatar Sport Investments et a permis à la Fondation du Qatar (2011-2013), un trust éducatif et une œuvre de charité, et à Qatar Airways (2013-2015) à imprimer leurs logos sur les maillots des joueurs du FC Barcelone.

L’Etat riche en énergie est également soupçonné d’avoir financé d’autres projets du club, à hauteur de plusieurs centaines de millions de dollars durant ces quatre dernières années.

L’accord a marqué la première fois qu’une société a jamais imprimé son logo sur les maillots légendaires bleu et rouge du club catalan – une initiative largement impopulaire auprès de ses fans.

Quand les nouvelles l’accord ont été diffusées fin 2010, le gouvernement israélien aurait adressé une pétition au FC Barcelone pour qu’il mette fin à sa franchise avec la Fondation du Qatar, sous l’argument que le pays finance le Hamas.

Le Qatar est le foyer de Khaled Meshaal, chef politique du Hamas, et a fait don de milliards de dollars à Gaza. Le Qatar héberge également Azmi Bishara, ancien membre arabe de la Knesset qui a fui Israël en 2007, soupçonné d’avoir espionné pour le Hezbollah.

FC Barcelone est le club le plus performant de la Ligue de football espagnole La Liga, une des franchises sportives les plus populaires au monde. Son équipe comprend certains des meilleurs joueurs internationaux, y compris Lionel Messi et Luis Suarez. Cependant, FC Barcelone a contracté des centaines de millions de dollars de dettes.

FC Barcelone a visité le Qatar à plusieurs reprises dans le cadre du contrat de sponsoring. Il est également venu en Israël, où ses joueurs – portant les logos du Qatar sur leurs maillots – ont participé à des dispensaires de football pour les jeunes juifs et arabes.

Des appels ont circulé récemment au sein du Congrès américain pour isoler le Qatar en raison de son soutien au Hamas. Le Qatar a pourtant pris soin de polir son image pro-occidentale au cours des dernières années, accueillant des universités étrangères, finançant la chaîne internationale de nouvelles Al-Jazeera et se préparant à accueillir la Coupe du monde 2022.

Depuis que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007, le Qatar a versé des centaines de millions de dollars dans le territoire et soutenu le mouvement sur le plan diplomatique.

Les liens autrefois cordiaux entre Israël et le Qatar – le premier Etat du Golfe persique qui a établi des liens avec l’Etat juif en 1996 – se sont tendus en 2007 lorsqu’il est devenu l’un des seuls pays à soutenir le Hamas, après sa destitution de la plus modérée Autorité palestinienne dans la bande de Gaza dans un coup d’Etat sanglant.

En 2012, son émir d’alors, Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, est devenu le premier chef d’Etat à se rendre à Gaza sous la domination du Hamas, s’engageant à lever 400 millions de dollars pour la reconstruction de la bande.

Plus tôt ce mois-ci, le Département d’Etat américain a déclaré avoir reçu la garantie du Qatar que l’aide à la réhabilitation de Gaza ne parviendrait pas au Hamas. Le Qatar a promis d’accorder un milliard de dollars à la reconstruction de Gaza lors d’une conférence de donateurs au Caire il y a deux mois.