Le nouvel ambassadeur d’Israël en Egypte, Haim Koren, a présenté dimanche ses lettres de créance au président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi dans son palais au Caire, permettant à Koren de contacter officiellement les représentants du gouvernement égyptien en sa qualité de représentant diplomatique d’Israël.

Koren, dont la nomination a été approuvée par le cabinet en décembre, est en poste en Egypte depuis le 11 mai ; il est resté au Caire pendant les 50 jours de combats de l’opération Bordure protectrice cet été à Gaza.

Selon le protocole diplomatique international, un ambassadeur est limité quant à son accès aux responsables du gouvernement tant qu’il n’a pas remis ses lettres de créance au chef de l’Etat du pays hôte.

Le ministère des Affaires étrangères à Jérusalem a refusé de commenter le contenu des discussions entre Koren et Sissi lors de leur rencontre.

À la lumière de réception conviviale de Koren dans le palais présidentiel de Sissi, les agents diplomatiques israéliens ont dit qu’ils espéraient que Le Caire leur emboîte le pas et fasse revenir son ambassadeur en Israël.

L’Egypte avait rappelé son ambassadeur à Tel Aviv, Atef Salem, à la fin de l’année 2012 dans le sillage de l’opération Pilier de défense à Gaza, quelques semaines seulement après avoir présenté ses lettres de créance au président israélien.

Parlant couramment l’arabe, Koren est l’ancien directeur de la division de la planification politique de l’ambassade du Caire.

L’ambassade d’Israël au Caire a été saccagée par une foule en colère en septembre 2011. Elle n’a pas été réouverte depuis. Mais certains membres du personnel de l’ambassade sont retournés au Caire en 2012 et ont commencé à travailler à partir d’un emplacement officieux.

Dans l’agitation qui a suivi l’éviction de l’ancien président égyptien Mohammed Morsi en juillet 2013, Israël a réduit son personnel diplomatique au Caire, mais a commencé à réinstaller sa présence dans la ville, plus récemment, à la suite de la relative accalmie.

Le 12 mars, une bombe artisanale a explosé près de l’ancien bâtiment de l’ambassade.

Les relations officielles entre Jérusalem et Le Caire se sont réchauffées depuis que Sissi a pris le pouvoir le 8 juin dernier. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président d’alors, Shimon Peres, l’avaient félicité après sa victoire électorale, saluant l’importance du traité de paix israélo-égyptien.

Lors de l’opération Bordure protectrice, Sissi et Netanyahu auraient entretenu des liens étroits et parlé souvent et longuement sur ​​les moyens de mettre fin aux hostilités. Jérusalem aurait été très satisfaite du rôle de l’Egypte dans les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu étant donné l’animosité du gouvernement Sissi envers le Hamas.