La Chambre des députés tchèque a appelé le gouvernement national mardi à reconnaître Jérusalem en tant que capitale israélienne et à cesser les paiements d’adhésion à l’UNESCO jusqu’à ce que l’organisation mette un terme à son attitude partiale envers l’état juif.

En l’honneur du 50e anniversaire de la réunification de Jérusalem, la Chambre basse du Parlement bicaméral de la République tchèque a adopté deux résolutions pro-israéliennes, toutes les deux critiques à l’égard de l’agence culturelle et scientifique des Nations Unies.

Dans une initiative plutôt inhabituelle, le président du pays a également envoyé ses voeux lors d’un événement organisé par l’ambassade israélienne en l’honneur de la journée de Jérusalem.

« La Chambre des Députés appelle le gouvernement de la République tchèque à cesser les versements dont il doit s’acquitter en tant que membre à l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) dans le budget de l’état cette année », disait l’une des deux résolutions non-contraignantes.

Les législateurs tchèques se sont résolus à recommander au gouvernement de geler les paiements versés à l’UNESCO ces prochaines années si l’organisation continue à adopter une politique reflétant un agenda anti-israélien.

L’ambassadeur d’Israël à l’UNESCO, dont le siège est à Paris, Carmel Shama-Hacohen, a salué cette résolution. « Une autre décision bénie et une voix saine contre l’afflux de résolutions trompeuses au sujet de Jérusalem », a-t-il indiqué au Times of Israel. « C’est en effet un beau cadeau de la part de Prague au peuple d’Israël en cette journée de Jérusalem ».

Les Israéliens ont commencé mardi à célébrer le 50ème anniversaire de la capture de Jérusalem durant la guerre des Six jours. Israël a, en conséquence, annexé cette partie de la ville et a déclaré Jérusalem unifiée sa capitale éternelle, une initiative qui n’est pas reconnue par la communauté internationale.

Les gens regardent une projection du drapeau israélien au cours d'un spectacle de son et lumière projeté sur les murs de la Vieille ville de Jérusalem pour célébrer le début de la semaine du 50ème anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1967, le 20 mai 2017 (Crédit : GALI TIBBON / AFP PHOTO)

Les gens regardent une projection du drapeau israélien au cours d’un spectacle de son et lumière projeté sur les murs de la Vieille ville de Jérusalem pour célébrer le début de la semaine du 50ème anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1967, le 20 mai 2017 (Crédit : GALI TIBBON / AFP PHOTO)

Dans une résolution supplémentaire, les parlementaires tchèques ont condamné la « politisation continue de la question de Jérusalem ». Cette résolution a été adoptée avec l’écrasante majorité de 112 voix contre 2.

Les législateurs ont fait part de leur rejet de la résolution de l’UNESCO qui est passée le 2 mai, qui nie le droit d’Israël à Jérusalem. Ils ont vivement recommandé au gouvernement de Prague de reconnaître la ville comme capitale d’Israël.

La résolution numéro 201 EX/PX/DR.30.1, qui a été proposée par l’Algérie, l’Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan « réaffirme l’attitude partiale et hostile de l’UNESCO envers l’un de ses états-membres ainsi que la politisation inacceptable de l’organisation » en gérant des affaires qui vont « clairement bien au-delà de son mandat », affirme la résolution tchèque.

Le vote de l’UNESCO, qui a coïncidé avec la Journée de l’Indépendance de Jérusalem, a été adopté par 22 pays. 23 nations se sont abstenues, dix se sont opposées à la résolution – les représentants de trois pays étaient absents.

La Chambre tchèque des députés a appouvé une solution à deux états et appelé à des négociations de paix directes entre les Israéliens et les Palestiniens sans conditions préalables. Elle s’est également opposée aux décisions et aux résolutions prônées par des organisations internationales comme l’Union européenne qui « dénaturent les faits historiques » et contiennent un « esprit de fanatisme anti-israélien ».

Mardi après-midi, l’ambassade israélienne à Prague a accueilli 500 invités lors d’une fête organisée en l’honneur de la Journée de Jérusalem au château de Prague – la résidence officielle du président de la République tchèque. Construit au 9ème siècle, le château de Prague est considéré comme le château le plus ancien le plus grand du monde.

« Laissez-moi vous saluer tous à l’occasion de ce rassemblement qui a lieu à la veille de la Journée de Jérusalem », a écrit le président tchèque Milos Zeman dans un message adressé aux participants de cet événement. « Vous êtes réunis dans cette magnifique cathédrale, centre spirituel de notre pays si résolument lié à notre état. »

Pour Israël, célébrer cet anniversaire dans ce lieu historique est plus que symbolique, a-t-il ajouté. « C’est la République tchèque qui a tendu la main à Israël pendant les temps difficiles. Et en échange, Israël, avec sa vitalité et sa fierté, nous encourage, nous en Europe, à affronter le mal du terrorisme ».

Zeman a conclu son message en remerciant les invités d’apporter leur soutien à Israël. « C’est d’autant plus précieux dans cette situation où le poison de l’antisémitisme a encore une fois commencé à s’enraciner sur le continent européen ».