Le rédacteur en chef du quotidien Yedioth Ahronoth serait l’homme d’affaires qui a négocié avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour recevoir des services en échange d’une aide pour que ce dernier reste au pouvoir, a annoncé dimanche la Deuxième chaîne.

Arnon Moses, souvent décrit comme l’ennemi juré de longue date de Netanyahu, ferait l’objet d’une enquête, tout comme Netanyahu, pour cet accord.

Selon un article publié dimanche par le quotidien Haaretz, les policiers possèderaient une « série » d’enregistrements audio de Netanyahu qui semblerait corroborer les soupçons, dans le cadre d’une mystérieuse enquête dont les détails restent flous.

Les preuves, selon l’article, n’indiquent pas nécessairement des services financiers, mais plutôt une tentative d’établir un « pacte de contrepartie », dans lequel l’homme d’affaires, dont le nom n’est pas cité, aiderait Netanyahu à renforcer son leadership, et recevrait en retour des « accomplissements qui vaudraient une fortune ».

Suite au reportage de la Deuxième chaîne, la Dixième chaîne a annoncé dimanche que le Premier ministre avait promis à Moses qu’il tenterait de faire fermer son rival pro-Netanyahu Israël Hayom, qui est gratuit et a pris des parts de marché à Yedioth, en échange d’une couverture plus favorable de ce dernier.

Un porte-parole du bureau du Premier ministre a refusé de réagir à ces informations suite aux demandes du Times of Israël.

L’article publié dimanche par Haaretz citait des sources proches du Premier ministre affirmant qu’il avait été surpris de la qualité des preuves amassées par la police dans cette affaire.

La police a déclaré qu’elle ne pouvait pas fournir de détails sur l’enquête en raison d’une possible obstruction à la justice. Haaretz a annoncé que les policiers avaient prévenu Netanyahu jeudi de ne pas discuter de l’affaire avec d’autres suspects pour éviter de faire obstacle à l’enquête.