Publié mardi, le rapport très attendu du Contrôleur de l’Etat sur les dépenses du Premier ministre Benjamin Netanyahu a confirmé (sans les détailler) certaines des soupçons contre le Premier ministre et sa femme, tout comme les conclusions sur des dépenses d’une échelle jamais vue auparavant.

Le rapport pourrait nuire à Netanyahu dans les sondages et pourrait aussi le conduire, avec sa femme, dans un tourbillon judiciaire.

Netanyahu et sa femme pourraient faire face à une procédure pénale à cause de « Bottlegate » ; Sara Netanyahu aurait empoché environ 4 000 shekels (1 000 euros) de remboursements de bouteilles pour du recyclage.

L’épouse du Premier ministre aurait aussi acheté des meubles de terrasse identiques aux meubles de la terrasse de la résidence officielle, pour les livrer à la résidence privée des Netanyahu. Ce fait pourrait également leur poser des problèmes.

Un troisième scandale concerne un montage pour surfacturer le travail d’un ami électricien, Avi Pachima, en l’invitant à travailler les weekends et les jours fériés – cela pourrait aussi entraîner des poursuites judiciaires.

Le procureur général Yehuda Weinstein examine les preuves et doit décider s’il poursuit (ou non) avant les élections.

La députée de l’Union sioniste Merav Michaeli prie Weinstein d’ouvrir immédiatement une enquête sur les déclarations concernant l’électricien.

« Il ressort du rapport que Netanyahu n’a pas seulement profité de sa position en tant que Premier ministre et de la confiance du public, mais il y a aussi une suspicion qu’il a ignoré la loi pour ne pas dire qu’il l’a enfreinte », a-t-elle déclaré (Ynet).

Selon le rapport, les Netanyahu ont employé une connaissance personnelle en tant qu’électricien pendant les weekends et les jours fériés pour leur résidence privée de Césarée. Et ce, après que le comité de supervision des dépenses lui a clairement interdit d’y travailler en raison de ses liens personnels avec le Premier ministre.

Les Netanyahu ont pourtant fait travailler l’électricien, qui a été appelé dans les médias hébreux Pachima, en tant qu’entrepreneur principal tout en faisant croire  qu’un autre entrepreneur avait été employé à la place.

Pachima a été invité à travailler presque chaque semaine entre septembre et novembre 2009 et il a été payé 10 500 shekels (environ 2 500 euros) pour son travail, soit près de 70 % du budget annuel pour les techniciens travaillant les weekends et heures supplémentaires.

Pachima a également été appelé à la résidence de Netanyahu lors du jour férié de Yom Kippour, a déclaré le rapport, alors que presque toutes les entreprises en Israël, même celles ouvertes 24/24 et 7/7, sont fermées.

A l’époque, Pachima était membre du Comité central du Likud, et les Netanyahu ont passé les fêtes de Mimouna avec la famille Pachima en 2010.

Les accusations les plus importantes – même si elles ne ressortent pas du pénal – sont liées aux énormes dépenses des Netanyahu.

Le rapport a conduit à des accusations fortes sur « l’hédonisme » de Netanyahu de la part de ses rivaux politiques alors que le Likud a critiqué l’ancien garde du corps du Premier ministre. Les dépenses ont augmenté sous la gestion de Meni Naftali, un « ancien fonctionnaire aigri » chargé de l’entretien, qui avait poursuivi Mme Netanyahu en justice pour mauvais traitement, déclare le Likud.

Les frais généraux de la résidence : le rapport a montré qu’en 2009, les frais généraux pour l’entretien de la résidence de Netanyahu ont atteint les 1 860 000 de shekels (environ 450 000 euros).

Ces frais ont bondi à 2,4 millions de shekels (600 000 euros) en 2010 avant de monter en flèche en 2011 à 3,1 millions de shekels (760 000 euros). En 2012, les coûts ont baissé à 2,8 millions (700 000 euros) et en 2013 encore plus bas à 2,4 millions (600 000 euros).

Dépenses en nourriture et en réception d’invités officiels : le rapport explique qu’en 2013, le Premier ministre a fortement réduit les dépenses de nourriture à 226 000 shekels (50 000 euros) au lieu de 458 000 (100 000 euros) l’année précédente.

En 2009, les frais de nourriture atteignaient 210 000 shekels (45 000 euros) et en 2010, les dépenses sont montées en flèche à 490 000 shekels (115 000 euros).

De plus, en ce qui concerne les frais de nourriture à emporter, le rapport a souligné qu’en 2010, environ 71 851 shekels (15 000 euros) ont été dépensés pour ces repas, et en 2011, environ 92 781 shekels (20 000 euros), même si un chef était employé à la résidence du Premier ministre pendant cette période.

« Le comportement de la part du Bureau du Premier ministre n’est pas correct », précise le rapport.

Frais de coiffure et maquillage : le rapport explique que le Premier ministre et sa femme ont dépassé leur budget cheveux et maquillage (53 000 shekels, ou 10 000 euros) de près de 250 %.

Des employés du bureau de gestion des projets ont acheté des articles pour le Premier ministre et n’ont pas été remboursés, souligne le rapport.

Frais de nettoyage : les frais mensuels de nettoyage des résidences du Premier ministre ont atteint les 75 000 shekels (16 000 euros) entre 2009 et 2013. Les Netyanhu ont dépensé 8 200 shekels (1 800 euros) par mois pour nettoyer leur maison à Césarée entre 2010 et 2012, souligne le rapport, même s’ils passaient le plus clair de leur temps à Jérusalem.

« Le Bureau du Contrôleur de l’Etat considère que ces dépenses sont très excessives », a déclaré le rapport.

Le rapport a aussi évoqué le budget de la résidence du président. Entre 2011-2014, lorsque Shimon Peres était président, le budget annuel atteignait les 40 à 44 millions de shekels (8-9 millions d’euros) et chaque année, le président demandait une augmentation de 20%, peut-on lire dans le rapport. Il apparaît que « la division du budget établi par le ministère des Finances n’avait pas formulé un budget qui représente correctement les frais du président », explique le rapport.