Dans un enregistrement tout juste autorisé à être diffusé, l’un des trois adolescents tués signale son enlèvement en appelant le 100, le numéro d’appel d’urgence en Israël.

« Ils m’ont enlevé » murmure l’adolescent à l’opératrice. On peut entendre en bruit de fond des hurlements en hébreu avec un accent arabe exigeant des trois jeunes qu’ils baissent les mains et la tête.

L’opératrice essaie d’interagir avec la personne qui appelle, mais n’obtient aucune réponse.

Quelques secondes plus tard, on peut entendre plusieurs sons bruyants qui pourraient être des coups de feu. Quelqu’un dans la voiture grogne.

Personne ne parle dans le véhicule à partir de ce moment jusqu’à la fin de l’enregistrement de 49 secondes.

A la fin de la bande, le superviseur de l’opératrice reprend la communication et demande plusieurs fois où il est.

Pendant la seconde minute de l’appel, la Deuxième chaîne affirme que les ravisseurs parlent entre en arabe. Cette partie de l’appel ne fait pas partie de l’enregistrement.

L’appel en lui-même dure 2 minutes et 9 secondes et est ensuite coupé, selon les médias.

On ne sait pas qui a passé l’appel mais le père de Gil-ad Shaar affirme que c’est son fils.

L’enregistrement de l’appel s’est rapidement répandu dans tout le pays grâce à l’application de messagerie instantanée WhatsApp, obligeant le Shin Bet à revenir sur l’interdiction de la diffusion de l’enregistrement.
L’appel a été passé à 22h05 le 12 juin, la nuit de l’enlèvement.

L’appel a été immédiatement transféré à un responsable, qui a continué à poser des questions sans obtenir de réponse. Les officiers ont essayé d’appeler le numéro huit fois de plus. Ca a sonné occupé trois fois et ensuite ils sont tombés cinq fois sur la messagerie.

Les ravisseurs se sont apparemment rendu compte qu’un appel avait été passé, et ont tiré sur les adolescents à l’arrière de la voiture, selon des sources militaires.

La radio de l’armée indique que les trois adolescents ont été tués pendant l’appel. Elle explique que du sang et des balles ont été retrouvés à l’arrière de la voiture.

Lundi, une enquête interne a révélé une série de graves erreurs professionnelles dans la réaction immédiate à l’appel, causant le renvoi de quatre officiers de police.

Voici la retranscription de l’enregistrement :

Opératrice du 100 : Police, allô. Udi.
L’adolescent : Ils m’ont enlevé
(Cris en arrière plan)
Opératrice du 100 : Allô ?
Ravisseurs : La tête baissée ! La tête baissée !
Opératrice du 100 : Allô ?
Ravisseurs : Tête baissée ! Ca baissé ! Les mains baissées !
Opératrice du 100 : (plus fort) Allô ? Allô ?
(Bruits forts qui pourraient être des coups de feu)
Opératrice du 100 : Allô ?
Un occupant de la voiture : (grogne)
Opératrice du 100 : Allô ?
(La députée Shelly Yachimovich peut être entendue à la radio en arrière plan)
Superviseur : Allô, allô ? Répondez-moi, qui est à l’appareil ? Où êtes-vous ? Allô ?