Les politiciens et les dirigeants communautaires arabes israéliens se sont réunis pour appeler au calme dans les villes arabes dimanche, au moment où des émeutes dans plusieurs endroits avaient repris pour une troisième soirée consécutive.

Le Haut Comité de suivi pour des citoyens arabes d’Israël, une organisation représentant la société civile et les municipalités politiciens arabes, a tenu la réunion à Arara dans la région de Wadi Ara dimanche après-midi, après que des Arabes israéliens ont brûlé des pneus et se sont confrontés avec les forces de sécurité au cours du week-end pour protester contre la mort d’un adolescent palestinien Muhammad Abu Khdeir, âgé de 16 ans.

La police a procédé à 31 arrestations.

Le vendredi et le samedi, les manifestants ont lancé des pierres et au moins un cocktail Molotov sur un bus israélien qui circulait à Wadi Ara, brisant des fenêtres sans faire de blessé.

Environ 35 Palestiniens et 13 policiers ont été légèrement blessés au cours du week-end.

Des manifestations pacifiques ont également eu lieu dans toutes les grandes villes arabes depuis l’assassinat d’Abou Khdeir le 2 juillet.

« La situation dans les villes arabes et dans le Wadi Ara est très préoccupante », a déclaré Muhammad Athamneh, chef du conseil régional de Kfar Qara, selon le site Internet de Kul Al-Arab. « Les jeunes sont toujours à l’entrée des villes arabes et nous devons prendre des décisions responsables pour assurer la sécurité des villes arabes. »

Athamneh a appelé les parents à contenir leurs enfants et à ne pas perturber « l’ordre public » par des rassemblements.

Mazen Ghanayem, maire de la ville de Sakhnin en Galilée et président de la commission nationale du Comité de suivi, a déclaré qu’une réunion d’urgence est prévue entre la ministre de la Justice Tzipi Livni et les dirigeants arabes dimanche soir. Il a affirmé que le président Shimon Peres a fait un certain nombre d’appels téléphoniques aux dirigeants arabes « afin de remettre les choses à la normale ».

Selon Kul Al-Arab, le média d’informations n’a pas pu assisté à la réunion – le chef du mouvement islamique Raed Salah et son adjoint Kamal Khatib, y assistaient pour que tous puissent discuter de « propositions secrètes ».