Un groupe de 14 agents de sécurité ont été embauchés pour protéger la célébration du mariage entre une Juive et un Arabe après qu’une organisation anti-assimilation ait appelé la population à s’inviter à la cérémonie, selon le site d’informations NRG jeudi.

Des précautions ont été prises après que la photo de l’invitation au mariage a été postée sur les médias sociaux par les organisations anti-assimilation Yad Lachim et Lehava. Cette publication a entrainé une vague de protestation des utilisateurs d’Internet qui s’opposent à l’union.

Yad Lachim a flouté l’heure et le lieu du mariage entre Moral, la mariée, et Mohammad, le marié. Mais cela a entrainé beaucoup de commentaires dans l’espoir de convaincre la mariée d’annuler les noces. L’organisation affirme qu’elle essaie de dissuader les femmes juives d’épouser des hommes arabes. Si une femme est déterminée à épouser tout de même un homme arabe, elle se retrouvera seule. L’organisation indique aussi qu’elle est en contact avec la mariée, Moral.

Lehava, une organisation plus extrémiste, a publié l’invitation et appelé à manifester devant la salle des noces dimanche prochain pendant que le couple scellera leur union. Sur sa page Facebook, Lehava a exhorté des centaines de personnes à venir manifester et a même suggéré aux manifestants d’apporter des mégaphones et des bannières.

La police a indiqué qu’elle était au courant du problème et qu’elle comptait envoyer des unités dans le quartier pour éviter toutes perturbations.

Bentzi Gupstein, le président de Lehava, a déclaré à NRG que même si ce n’était pas le premier mariage intercommunautaire en Israël, celui-ci est particulièrement enrageant parce qu’il a lieu avec en toile de fond le conflit de Gaza.

Bentzi Gupstein, le président de Lehava (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)

Bentzi Gupstein, le président de Lehava (Crédit : capture d’écran Dixième chaîne)

« Nous sommes encore en guerre et elle épouse un membre de
l’ennemi », explique-t-il, même si le marié est un citoyen israélien. Il ajoute que ce qui est encore plus exaspérant, c’est que le mariage a lieu à Rishon Lezion, une ville qui a été visée par les tirs de roquettes de Gaza. En général, les mariages entre les femmes juives et les hommes arabes se tiennent dans les villes ou les villages des époux.

Le père de la mariée a affirmé dans une interview sur la Dixième chaîne qu’il n’était pas au courant de la relation [entre sa fille et son fiancé] qui dure depuis deux ans et demi et qu’il boycotterait le mariage.

« Jamais, je n’aurais imaginé que ma fille puisse épouser un Arabe », a-t-il indiqué. « Je n’irai pas. Un point c’est tout ».

Son ancienne femme, a-t-il déclaré, soutient leur fille et projette d’assister au mariage.