L’ancien ministre du Likud Moshé Kahlon a annoncé lundi qu’il allait lancer un nouveau parti politique axé sur la réduction du coût de la vie en Israël.

« Mes amis et moi avons l’intention de créer un nouveau cadre politique qui va vraiment régler les problèmes… et qui se veut plus proche des gens » a déclaré Kahlon lors d’une conférence à Tel Aviv. « Ce sera, si Dieu veut, quand il y aura des élections ».

Kahlon a fait savoir que les prix élevés « ne sont pas inéluctables, ni décrétés d’En haut, ils peuvent être traités si le gouvernement israélien le décide ; si le gouvernement fait savoir aux grandes entreprises alimentaires : ‘Vous avez 6 mois pour vous préparer, on va ouvrir le marché’ ».

L’ancien ministre a encore précisé que « tous les monopoles doivent savoir que la partie va se terminer pour eux et qu’il est impossible de continuer comme cela pour toujours ; c’est alors seulement que nous allons avoir des prix normaux, des prix raisonnables ».

Kahlon a auparavant été ministre des Affaires sociales, et en tant que ministre de la Communication, a été crédité d’avoir créé plus de concurrence sur le marché, et entraîné une forte réduction des prix des forfaits.

Avant les élections de la Knesset de janvier 2013, il a annoncé qu’il allait prendre une pause dans sa vie politique, suscitant des informations persistantes selon lesquelles il allait créer son propre parti.

Le coût croissant de la vie a été un sujet brûlant en Israël depuis plusieurs années, culminant dans les protestations massives en 2011 qui ont vu des centaines de milliers de gens camper dans les rues de quelques villes à travers le pays, exigeant que le gouvernement prenne des mesures pour rendre la nourriture et le logement plus abordables. Beaucoup de ceux qui quittent Israël déclarent que le coût de la vie est un facteur clé dans leur décision.

Les Israéliens qui déménagent à Berlin – sujet largement abordé ces derniers jours dans les médias – affirment qu’il est trop difficile pour eux de joindre les deux bouts en Israël.

Un sondage en juillet par la chaîne de la Knesset avait montré que si les élections avaient lieu et que Kahlon avait créé son parti, il aurait recueilli théoriquement 6 sièges, alors que les sondages les plus récents lui avaient donné un peu moins de 10 sièges à la Knesset.

Pourtant, le Bureau des Statistiques a émis un rapport selon lequel le taux d’émigration était historiquement bas.