La communauté juive norvégienne exhorte au licenciement du secrétaire général du mouvement mondial Bnei Akiva après son appel à venger par le sang l’assassinat des trois adolescents israéliens.

Rabbi Noam Perel a lancé l’appel dans un message sur Facebook lundi, quelques heures après la découverte des corps des trois adolescents israéliens dans un champ au nord de Hébron, 18 jours après leur disparition.

Naftali Fraenkel, Gil-ad Shaar et Eyal Yifrach ont été enlevés et assassinés en Cisjordanie, près de Hébron, le 12 juin.

Dans une lettre ouverte envoyée jeudi à l’Organisation sioniste mondiale, au Fonds national juif et à des dirigeants des communautés juives scandinaves, Ervin Kohn, président de la Communauté juive d’Oslo, exigeait le renvoi de Perel.

Si les meurtres suscitent « toutes sortes de sentiments de rage chez chacun d’entre nous », a écrit Kohn, le message de Perel « va à l’encontre de toutes les croyances et comportements moraux que nous essayons d’inculquer à nos enfants. »

Perel a effacé son post, pour lequel il s’est excusé, dans lequel il écrit : « La parodie sera expiée par le sang de l’ennemi, pas avec nos larmes. Une nation entière et des milliers d’années d’histoire exigent vengeance. Le gouvernement israélien est convoqué pour une réunion de vengeance qui n’est pas une séance de deuil. Les dirigeants sont devenus fous à la vue des corps de nos fils, un gouvernement qui transformerait une armée de chercheurs en une armée de vengeurs. »

Bnei Akiva est un mouvement de jeunesse sioniste religieux mondial.

Dans ses réponses aux médias à propos de son post, Perel explique que son intention était de dire que, historiquement, les Forces de défense israéliennes ont toujours opéré une réaction militaire aux attaques contre Israël. L’organisation du Bnei Akiva a soutenu Perel dans son appel à maintenir la dissuasion.

Néanmoins, Perel supprimé le message et l’a remplacé par un texte plus édulcoré qui souligne l’idée d’une force de dissuasion, plutôt que de vengeance, rapporte le site de nouvelles Walla.

« Je prie de tout cœur pour que le gouvernement israélien rassemble ses forces pour restituer la dissuasion parmi nos ennemis », dit le nouveau texte.

Après la découverte des corps de Yifrach, Shaar et Fraenkel lundi, des milliers d’Israéliens, dont de nombreux soldats en uniforme, ont assailli les médias sociaux de dizaines de photos et messages promettant vengeance pour le meurtre de trois adolescents, souvent dans un langage raciste.

Sept soldats de Tsahal ont été condamnés à des peines de prison courtes jeudi, pour avoir publié des photos sur Internet appelant à des représailles pour le meurtre des adolescents, des déclarations qui, selon l’armée, constituent une violation de la discipline militaire.

Une page Facebook intitulée « The People of Israel Demand Vengeance! » (Le peuple d’Israël appelle à la vengeance) affichait plus de 32 000 « Like » mercredi. Elle a été fermée jeudi matin, mais d’autres pages plus petites, portant le même nom de campagne, se trouvent encore sur le réseau social.

Marissa Newman contribué à cet article.