A son arrivée au pouvoir, le nouveau Premier ministre Narendra Modi, avait aiguisé l’appétit des grands fabricants d’armes. 250 milliards de dollars : tel est le budget qu’il comptait allouer à la modernisation de son armée, selon Les Échos.

Déjà premier importateur d’armes de longue date, l’Inde est confrontée à la menace du terrorisme et à des conflits frontaliers avec la Chine et le Pakistan, les deux autres géants de la région.

En visite en Inde au mois de novembre, le président israélien Reuven Rivlin a signé d’importants contrats concernant deux radars Phalcon Awaks embarqués sur des avions Ilouchine, estimés à 1 milliard de dollars, ainsi que 10 drones armés Heron TP provenant des usines de l’Israel Aerospace Industries (IAI).

Le montant total des achats indiens à l’industrie israélienne pourrait atteindre les 3 milliards de dollars.

« Nous avons remarqué la force de notre partenariat grandissant et nous nous sommes accordés sur la nécessité d’élargir ce partenariat à la production et à la fabrication », avait déclaré Modi lors d’une conférence de presse commune au palais présidentiel de New Delhi.

« Le président Rivlin et moi-même avons beaucoup d’estime pour ce partenariat fort et grandissant qui relit nos nations. Nos peuples sont constamment menacés par des forces terroristes et extrémistes. Nous reconnaissons que le terrorisme est un défi à l’échelle internationale, qui ne connaît aucune frontière et qui est en contact avec d’autres formes de crime organisé. »