Washington – Un groupe bipartite de sénateurs américains ont annoncé mercredi une proposition de résolution condamnant l’antisémitisme européen et exhortant l’administration américaine à travailler avec les autorités européennes pour combattre ce phénomène.

La résolution, qui est soutenu par la majorité des sénateurs et qui devrait donc être votée sans problème, renouvelle l’appel lancé à l’Union européenne (UE) et aux Etats européens à désigner un envoyé spécial pour aborder le problème de l’antisémitisme.

Le sénateur Robert Menendez (D-NJ), un membre éminent de la Commission des relations internationales, a rédigé la résolution qui a reçu la signature de 52 autres sénateurs. Cette résolution appelle le secrétaire d’Etat, le procureur général et les agences gouvernementales compétentes à collaborer étroitement avec l’Union européenne (UE) pour s’attaquer à l’antisémitisme en Europe.

La résolution soulève que « l’augmentation alarmante des attaques antisémites et des incidents visant des institutions juives, des lieux de culte et des individus en Europe est un problème pour la stabilité et la sécurité [des Juifs].»

Cette proposition exhorte les Etats-Unis à travailler avec leurs collègues européens pour s’assurer que des mesures sont prises pour combattre l’antisémitisme. Ces mesures comprend « une enquête prompt, impartiale et efficace de tous les actes de violence et la poursuite des responsables de ces violences dans les limites de la loi » ; coopérer pour développer des programmes contre la violence extrémiste ; intégrer des mesures pour combattre l’antisémitisme dans des projets nationaux visant à lutter contre les crimes de haine et de violence ; étendre la coopération dans le domaine des formations liées aux crimes de haine, en particulier ceux motivés par l’antisémitisme, pour les agents de police et améliorer la surveillance et la signalisation de ces crimes.

La résolution appelle également les États-Unis à encourager les Etats européens et l’UE à désigner des envoyés spéciaux hauts gradés pour « surveiller, prévenir et lutter contre l’antisémitisme à l’échelle régionale et nationale ».

Ce dernier appel a été lancé à plusieurs reprises par les défenseurs de la communauté juive. Les États-Unis ont déjà un envoyé spécial – Ira Forman – qui chargée d’un tel rôle, et c’est Forman qui communique fréquemment avec les administrations européennes au sujet des efforts à fournir contre l’antisémitisme dans leurs pays respectifs.

« Soixante-dix ans après la libération d’Auschwitz, nous assistons à une augmentation alarmante du sentiment antisémite en Europe qui doit être condamnée et traitée. Les attaques antisémites et les incidents en Europe et dans le monde sont un problème non seulement pour la stabilité et la sécurité internationales, mais aussi pour notre moralité partagée en tant qu’êtres humains », a déclaré le sénateur Menendez.   « Cette résolution renouvelle fermement l’engagement des Etats-Unis et de leurs alliés européens de lutter contre l’antisémitisme avec encore plus de détermination, jurant de ne jamais permettre aux atrocités du passé de se reproduire à nouveau. »

Un cosignataire de la résolution, le sénateur Mark Kirk, a fait le lien entre l’importance de la législation à l’assassinat des quatre clients juifs du supermarché Hyper Cacher à Paris le mois dernier, décrivant l’attaque comme étant « un affront direct aux droits fondamentaux et la dignité [humaine] ».

Un policier montant la garde le 21 janvier 2015 devant l'épicerie Hyper Casher où quatre Juifs ont trouvé la mort le 9 janvier 2015 tués par Amédy Coulibaly à Paris (Crédit : AFP/ ERIC FEFERBERG)

Un policier montant la garde le 21 janvier 2015 devant l’Hyper Casher de Paris où quatre Juifs ont trouvé la mort   (Crédit : AFP/ ERIC FEFERBERG)

« Les récentes attaques antisémites en Europe sont extrêmement inquiétantes et n’ont aucune place dans le monde moderne », a déclaré une autre cosignataire, la sénatrice Barbara Mikulski (D-MD). « Cette résolution réaffirme la nécessité d’une action et d’un changement pour s’assurer que les Juifs en Europe et dans le monde, ainsi que les gens de toutes les confessions, ne soient pas persécutés en raison de leurs croyances religieuses. »

L’Anti-Defamation League (ADL), Bnai Brith International, HIAS, l’Union pour le judaïsme réformé, et les Fédérations juives d’Amérique du Nord ont tous apporté leur soutien à la résolution.

« Les actions du Congrès contre l’antisémitisme ont joué un rôle essentiel et nous sommes heureux que le Sénat soulève cette question auprès du leadership américain », a déclaré Barry Curtiss-Lusher, le président national de l’ADL.

Abraham Foxman, le directeur national de l’ADL, était optimiste mercredi soir sur l’adoption de la résolution par le Sénat, étant donné que le soutien de la majorité bipartite de sénateurs est déjà assuré. « Nous nous réjouissons de l’adoption par le Sénat de cette résolution et nous espérons que les dirigeants à travers l’Europe entendront cet appel et accepteront de se réunir et de travailler avec les États-Unis pour lutter contre la marée montante de l’antisémitisme », a répondu Foxman dans un communiqué. « En faisant cela, ils vont montrer au monde que la violence et la haine ne seront pas tolérées. »

Des personnes venues honorer les victimes de la fusillade de Copenhague à l'extérieur de la synagogue principale de Copenhague le 15 février 2015 (Crédit : AFP/Odd Andersen)

Des personnes venues honorer les victimes de la fusillade de Copenhague à l’extérieur de la synagogue principale de Copenhague, le 15 février 2015 (Crédit : AFP/Odd Andersen)

De même, Mark Hetfield, le président et PDG de HIAS a écrit dans un communiqué que son organisation a été « profondément troublée par la résurgence de l’antisémitisme en Europe et ailleurs, ainsi que par la montée de la xénophobie, de l’islamophobie et d’autres formes de haine ».

« Cependant, une chose a changé au cours du siècle dernier, c’est le soutien du Congrès dans le combat contre le fanatisme et la haine, a-t-il ajouté. Nous nous félicitons de cet effort bipartisan mené par les sénateurs Menendez et Kirk qui parlent de façon proactive contre [ce fléau] et mettent en place des stratégies contre la résurgence de l’antisémitisme en Europe. »