12 arrestations pour incendies volontaires et incitation à l’incendie
Rechercher

12 arrestations pour incendies volontaires et incitation à l’incendie

Netanyahu avait prévenu que les pyromanes et les incitateurs de la vague de feux seraient traités comme des “terroristes”

Des agents de ZAKA aident les pompiers à Haifa, le 25 novembre 2016 (Crédit : Roi Levi)
Des agents de ZAKA aident les pompiers à Haifa, le 25 novembre 2016 (Crédit : Roi Levi)

La police a arrêté vendredi un homme de 24 ans soupçonné d’avoir incité des personnes à allumer délibérément des incendies, a annoncé la police. La veille, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait promis de traiter les responsables des feux comme des « terroristes ».

La police a également arrêté un autre individu soupçonné d’avoir allumé un incendie qui a détruit dans la nuit au moins 10 maisons dans le village de Beit Meir, situé sur les collines de Jérusalem. Il sera interrogé, a annoncé la police.

« Nous pensons qu’il y a des pyromanes qui sont responsables, mais aussi des conditions météorologiques qui permettent à cela de se déclencher [sans assistance humaine] », a déclaré à la radio militaire Yoram Halevy, chef de la police de Jérusalem, après la première arrestation.

Jusqu’à présent, 12 personnes ont été arrêtées pour avoir allumé ou avoir incité à allumer au moins quelques-uns des centaines d’incendies qui ont menacé les villes et les forêts israéliennes cette semaine.

Parmi les individus arrêtés se trouvent six habitants du nord du pays, que le Shin Bet et la police croient responsables d’avoir initié les incendies destructeurs qui ont dévasté Haïfa jeudi, et ont entraîné l’évacuation de 75 000 personnes et la destruction de centaines de logements.

Des troupes du Front de la Défense passive de l'armée israélienne participent à l'évacuation de Haïfa après les incendies massifs qui font rage dans la ville, le 24 novembre 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Des troupes du Front de la Défense passive de l’armée israélienne participent à l’évacuation de Haïfa après les incendies massifs qui font rage dans la ville, le 24 novembre 2016. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Vendredi matin, des responsables ont annoncé que 600 logements avaient été détruits à Haïfa, que certains feux n’étaient pas encore éteints, mais qu’il n’y avait plus d’incendies majeurs dans la ville.

Moshe Kahlon, le ministre des Finances, s’est rendu dans la ville sinistrée et a autorisé les responsables à distribuer des avances financières à ceux qui ont perdu leur maison et leur argent.

הודעה חשובה לתושבי חיפה ונפגעי השריפות:

Posted by ‎כולנו – בראשות משה כחלון‎ on Friday, 25 November 2016

« En ce qui concerne les endroits où dormir, j’ai dit au maire et aux autres responsables dans tout le pays de ne pas s’occuper de l’argent et de la bureaucratie, mais de simplement travailler. Maintenant, nous devons trouver des solutions pour les habitants », a-t-il déclaré selon le site Walla.

Vendredi, pour la première fois, un individu a été arrêté pour avoir incité à allumer un feu.

Un feu de forêt ravage la ville portuaire de Haïfa. De nombreuses personnes ont été évacuées, mais certaines personnes seraient bloquées à l'intérieur. Les pompiers luttent contre ces incendies, le 24 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)
Un feu de forêt ravage la ville portuaire de Haïfa. De nombreuses personnes ont été évacuées, mais certaines personnes seraient bloquées à l’intérieur. Les pompiers luttent contre ces incendies, le 24 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)

La police a annoncé que l’homme, qui habite dans la ville majoritairement bédouine de Rahat, dans le sud d’Israël, avait publié des messages sur Facebook appelant à plus d’attaques par le feu.

Il devait être présenté vendredi devant le tribunal de Beer Sheva, a annoncé la police.

Le site d’informations Ynet a annoncé qu’il était le fils d’un important dirigeant du Mouvement islamique, et que, dans son post Facebook, il avait écrit qu’ « il y a toujours des forêts que le feu n’a pas atteint, nous avons besoin que nos jeunes fous fassent ce qui est nécessaire. » Son nom n’a pas été cité.

Netanyahu a affirmé jeudi que les pyromanes étaient des « terroristes », et a promis que des mesures sévères seraient prises à leur encontre, alors que le pays se battait pour gérer les centaines de feux de broussailles, dont certains auraient été délibérément allumés.

« Chaque incendie dont l’origine est criminelle, chaque incitation, est du terrorisme, a déclaré Netanyahu aux journalistes à Haïfa. Quiconque tente de brûler des morceaux de l’Etat d’Israël sera sévèrement puni. »

D’autre part, beaucoup d’utilisateurs arabophones de réseaux sociaux en Israël et à l’étranger se réjouissaient des incendies.

Le hashtag « Israël brûle » en arabe a été le troisième plus fréquent sur Twitter dans plusieurs pays arabes voisins.

Les responsables de la sécurité ont cependant mis en garde contre les conclusions trop rapides sur la cause de la vague d’incendies, affirmant que les preuves d’une large campagne d’incendies volontaires restaient ambiguës.

Vendredi également, la députée Yael German du parti Yesh Atid, a appelé le procureur général Avichai Mandelblit à prendre des mesures contre le rabbin Shmuel Eliyahu de Safed, qui aurait publié un jugement religieux autorisant de tirer sur des Arabes qui seraient en train d’allumer des feux.

« Agissez immédiatement pour mettre fin au racisme et à l’incitation [à la haine] », a-t-elle écrit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...